Que la lumière soit à la scène ouverte poétique et gratuite de la Ruche des arts Thème Les Lumières Posté le 29/10/2017 - Par La Ruche des Arts, Michèle Lassiaz, Chr Sur le Feu de la Ruche

Scène ouverte poétique et gratuite

de la Ruche des Arts

Thème: Les Lumières

 

 

 

 

Mercredi 27 Septembre 2017

 

de 20h à 22h

 

 

 

Scène ouverte, ayant eu lieu au Café-Club  BAB-ILO, 9 rue du baigneur Paris 18ème, et à l'issue de laquelle Fabienne SCHMITT, nous apporte son éclairage en  rédigeant le Compte-rendu/ Mnémosyne suivant:

 

 

 

C’est toujours un moment magique quand la petite scène du Bab’Ilo, que nous adorons tous, s’allume pour une nouvelle scène ouverte de la Ruche.

C’est également toujours un plaisir quand notre lumineuse Reine Michèle Lassiaz, coiffée d’un superbe chapeau très couture, monte sur scène pour nous faire des compliments et nous encourager. Les vendanges approchent, il faudra produire le meilleur des miels !

 

 

 

Et voici qu’une autre bien jolie dame, chapeautée de tulle elle aussi, rejoint Michèle…Mais…On dirait Colette Sauvanet… Mais …On dirait deux jumelles… ! Eh bien oui, ce sont les « sœurs Crochet » qui nous font l’honneur de leur présence ce soir en exclusivité ! Ces sœurs-là sont « obsédées par les gros billets. » On peut dire qu’elles font la paire, et la salle part dans de grands éclats de rire, car il semble qu’elles ont un peu oublié leur texte…Ou bien…C’est peut–être fait exprès après tout, pour nous donner le sourire !

Ça commence donc très fort, et Didier Laloux notre metteur en scène préféré, tente de remettre de l’ordre dans tout cela. Colette nous dit son « berceau de soie », puis « effeuille la semaine » avec Michèle : le « jeudi c’est jour de jeu…je dis ci…je dis ça… »

Stéphane Cottin, après une ode à « une inconnue », rebaptisée « ma lumière » pour la circonstance, déclame ensuite un texte très ….chaud, dont il est le spécialiste. Chuuut…Gardons notre sens de l’humour !

 

 

 

 

Anefrance nous dit avec douceur du Prévert, extrait de « Paroles » : « au hasard des oiseaux ». « J’ai appris très tard à aimer les oiseaux »…

Valentine cherche un figurant pour accompagner les paroles du « Mimi » de Bernard Dimey .Serge Carbonnel est parfait pour le rôle ! « Mimi... toi qui n'aimes pas l'accordéon musette, qui serais plutôt Beatles, pop musique et tout ça…Un soir, je t'emmènerai dans une petite guinguette. » Merci Valentine !

Poésie qui scintille ensuite, avec Jean-Dominique Dupont. « Que serais-je sans toi », et « brin de lumière ». On aime bien sûr.

 

 

Mais voici que Didier et Zita mettent en musique les projecteurs sur Paris avec « Paris s’éveille », chanson culte que la salle reprend en chœur, ravie.

Retour à la douceur pour un bel « espoir de lumière » que nous offre Oguène, un texte de son cru.

Louise Emily, férue d’Apollinaire, notamment des textes extraits de sa pièce « Les Mamelles de Tirésias » nous illumine par ses mots qui nous parlent des étoiles. Oui, « il est temps de rallumer les étoiles » !

Serge Carbonnel est « au grand soleil », car il veut pour nous « un rayon qui doit éclairer les heures sombres ». Pour Claudine Vanlé, il n’y aura « pas de feu d’artifice cette année », mais peut-être « partage et réconciliation ». Alain Pizzera, « entre ombre et lumière » nous livre son désir « de vivre au grand « soleil. »


Evelyne Gautheron brille en chanson, avec Jacques Brel, et « la lumière jaillira, claire et blanche un matin »…Puis Alain Briantais, lui, cherche « où trouver la lumière, celle qui réchauffe, celle qui guérit », tandis que May nous emporte vers un siècle de lumière, vers sa « contrée inondée de lumière ».

Un nouveau venu à la Ruche, Claude, apporte une lumière neuve, et nous promet de revenir ; retour, justement, de Serge, avec un joli texte qui nous éclaire en « prisme. »

Belle surprise avec une improvisation très réussie de Louise Emily et Daniel. Ils nous font rêver avec des personnages de conte : un petit poucet, des étoiles, et un ver luisant.

 

Place à Oguène à nouveau, qui nous peint la beauté des contrastes de la lumière du sud de l’Andalousie. « D’autres temps, d’autres espaces, que renaisse la lumière. »

Anefrance est dans « l’ombre » de Francis Carcot, et nous émeut tant par la force du texte que celle de sa voix. « Ton ombre est toujours dans la rue, près du bar où je t'ai si souvent attendue… »

Jean Dominique Dupont nous offre encore 3 de ses textes où la lumière est en brin ou en « grain », « mystère ou miracle », ou encore « flamme ».

 

 

 Cette lumineuse soirée se termine en musique avec nos deux inséparables Didier et Zita. Après « Paris s’éveille », ils nous interprètent « le soleil a rendez-vous avec la lune » de Charles Trenet. Ouiiii ! Les vendanges de la Ruche, c’est bientôt ! On compte sur vous pour cette fête qui sera inoubliable ! A très vite, chères abeilles ….


Fabienne Schmitt


 

 

 

 

        Géo-Localisation du Bab-Ilo ici       

 

 

 

 

 

 

La Ruche des Arts 

Michèle Lassiaz

compte-rendu/mnémosyne

Fabienne Schmitt

Illustrations Pixabay

et/ou de leurs auteurs

Droits réservés

adaptation img ,

Photos Bab-Ilo et

mise en page web

Christian lafont