Relais Contes 2015

26/12 La Ruche des Arts relaie l'information et met les conteurs à égalité: Les résultatsPosté le 04/01/2016 - Par la Ruche des Arts Michèle Lassiaz, Agnès Raveloson Chr Sur le Feu de la Ruche

 

LE 11 Septembre 2015 nous publiions l'information ci-dessous; nous en publions ce jour  19 Octobre 2015-soit environ un mois plus tard les résultats transmis par Agnès Raveloson en fin de cet article "invitation à conter" et...le 26 décembre 2015, nous vous invitons à lire le conte poétique d'Agnès Raveloson "Mention spéciale poésie" de ce concours

 


 

La Ruche des Arts relaie l'information et met les conteurs à égalité

 

 

Bonjour,
 
Pour tous ceux qui aiment écrire, nous avons souhaité être le relais de ce concours d'écriture co-organisé par une association colombienne*.
Bonne lecture, bonne écriture et bon été,
Cordialement,
L'équipe du service Interg
 
* De Colombessmiley
 
 
Les Contes du jour et de la nuit, Véronique Sauger vous invitent à participer au :
 
7EME APPEL À ECRITURE : "CONTE LÀ-DESSUS"
 
Vous avez raté les précédents appels à textes ?
Alors à vos crayons, plumes, stylos, ou claviers ! Hop ! D'abord, 10 mots que vous intégrerez (tous une fois) dans votre texte et autour desquels vous laisserez flaner votre imaginaire :
 
ROSE, CATHÉDRALE, IMPASSE, TILLEUL, AIGLE, MONSEIGNEUR, ACTIVER, VERT, CAILLOU, PARADE.
 
Écrivez une Ville imaginaire en la faisant parler à la 1ère personne. Dialoguez avec elle, échangez des réflexions sur la vie, les rues, le monde d'hier et d'aujourd'hui, la solidarité, la pluie, le beau temps, etc., ce que vous voulez en 3 fragments de 1500 signes maximum chacun espaces compris,
le 1er commençant par "Il était une fois", le 2ème par "Moi, je", le 3ème par "Le plus important, c'est",
le tout formant un petit conte avec une courte moralité en conclusion, et voilà, le tour est joué 
 
Adressez vos écrits par e-mail à :
editions.epingleanourrice@gmail.com avec en objet la mention Concours conte là-dessus jusqu'au 20 septembre 2015 (dérogation possible sur demande).
Les résultats seront donnés courant octobre, une remise des prix, organisée en décembre à Colombes.
Les lauréats verront leur texte publié dans un recueil et lu en musique dans une émission de radio.
 
Les contes du jour et de la nuit étant depuis l'origine un point de rencontre entre les mots et la musique, nous vous conseillons de lire ou de survoler les musiques et les textes recommandés :
-les villes invisibles de Italo Calvino (Points), l’enfant de la haute mer de Jules Supervielle (folio), Georges Lebanc de Claude Ponti (école des loisirs)
-Toulouse par Nougaro, il est cinq heures, Paris... par Jacques Dutronc, Venus Parade par A Singer Must Die, La Musica Notturna Di Madrid de Boccherini par Jordi Savall, Monte là-dessus et tu verras Montmartre par Lucien Boyer, Parade de Érik Satie.
 

 

Sites de référence :
© Concours organisé par l’association Gens du monde
En annexe le règlement complet du concours.
 
Pour toutes questions ou précisions, vous pouvez contacter :
tortueaplumes@coooly.net (Association La Tortue à plumes © en partenariat avec les Éditions épingle à nourrice)
 
Nous vous souhaitons un bel été et une belle ville imaginaire.
Bien cordialement.
Véronique Sauger et Élisabeth Regenet-Capuana
 
 
Information relayée par Agnès Raveloson et Chloë Henriet
 
"Les bons contes font les bons amis
Les conteurs peuvent compter sur nous"
 
 

Les Résultats retransmis "tel quel" par le mail d'Agnès Raveloson

que nous remercions pour ces informations, et félicitons pour sa participation,  ses résultats et sa mention "spéciale poésie"

 
 
 
Le Jeudi 15 octobre 2015 22h04, éditions épingle à nourrice <editions.epingleanourrice@gmail.com> a écrit :
 
115 PARTICIPANTS / 28 LAURÉATS
 
Le Grand prix est décerné à LUC CHARREYRE pour :
IL FUT TANT DE FOIS
 
1E PRIX / PATRICIA ANDRIEU
2E PRIX / ÉLISABETH REGENET CAPUANA
3E PRIX / NAOMIE LAGHUI
4E PRIX / OLIVIER VANDERAA
5E PRIX / MARY-LAURE DARROUZET
6E PRIX / BÉNÉDICTE CLAUDE
6E PRIX EX ÆQUO / MARIE SEMIN
 
> MENTION SPÉCIALE POÉSIE / AGNÈS RAVELOSON
> MENTION SPÉCIALE FRAGMENT / DANIEL GOUAILLE BOSSERET
> COUP DE CŒUR / ELSA LE BOUDEC
> PRIX SPÉCIAL JEUNESSE
- 1ÈRE NOMMÉE / LA CLASSE DE CM1/CM2B DE MME LYDIA HOULET (ÉCOLE CHARLES PÉGUY DE COLOMBES)
- MENTION SPÉCIALE FRAGMENT / LA CLASSE CM1/CM2A DE MME AURÉLIE BRUN (ÉCOLE CHARLES PÉGUY DE COLOMBES)
 
NANCY THÉOBALD
CATHERINE SOLER
ALEXANDRE LABORIE
FRANCE JOLLY
SOPHIE PIQUET
ROLAND BEYNEL
MARIE-LAURENCE FAURE
PHILIPPE CORREC
SARAH MOSTREL
JEAN-FRANÇOIS SY
GRENADE MANESCA
MATHIEU CHAMPS
MARIE JOSÉ MEYER
KHALID EL MORABETHI
 
BONUS
JÉRÔME JURINE (HAïKU)
NAOMIE LAGHUI (TEXTE 2 : UNE VILLE IMAGINAIRE)
 
 
Un magnifique recueil des 28 contes lauréats sera édité mi-décembre chez ene, un événement "remise des prix" sera organisé avec lectures, scène ouverte, musique, buffet.
Un ouvrage est offert à chaque lauréat.
Réservez vite vos exemplaires supplémentaires (10€ au lieu de 15€ jusqu'au 15/11), cadeaux de Noël, cadeaux tout court !
 
 
Les textes du 7e appel à écriture des Contes du jour et de la nuit ont encore prouvé (s'il le fallait !) la richesse des imaginaires !
Le niveau est excellent, les progressions des textes remarquables.
 
Jury : 
* Merci infiniment à G. Pierron (parolier), C. Arene (chanteuse), J. Buët (patron de restaurant jazz)
 
L'association Gens du monde et les éditions associatives épingle à nourrice réfléchissent donc à nouveau à l'édition d'un recueil collectif des textes lauréats, et avant de nous lancer -  tout en sachant que chaque auteur recevra son recueil en "prix" - il nous faut savoir rapidement combien d'exemplaires en sus (10€ au lieu de 15€) vous intéresseraient en pré-commandes, et par personne ! 
(Information obligatoire pour avoir une idée du tirage, les éditions sont (toujours) associatives, CQFD). 
 
Les réservations sont à envoyer dès que possible par chèque à l'ordre de "Association Gens du monde" et à l'adresse postale suivante :
 
ASSOCIATION GENS DU MONDE - 10 RUE COLONEL CANDELOT - 92340 BOURG-LA-REINE 
 
Ou virement (notre RIB peut vous être envoyé sur demande), ou vous pouvez faire un virement (SÉCURISÉ) via HelloAsso sur cette page qui nous est consacrée :  https://www.helloasso.com/associations/association-gens-du-monde/adhesions/acdc 
 
Idem pour les collectivités.
 
Si vous voulez également être membre de l'association et des éditions associatives, nous soutenir et profiter en avant-première de livres, enregistrements, illustrations, l'adhésion est de 30€, même ordre  même page.
 
Titre provisoire du nouveau recueil : CONTE LÀ-DESSUS
 
Une date de remise des recueils et prix est à l'étude pour mi-décembre, faites nous part de vos disponibilités globales et faites-nous savoir si vous serez des nôtres. 
Lieu : Colombes (à confirmer)
 
Dans l'attente, merci de répondre à ce courriel.
 
Mille bravi à tous et... longue vie à la création, aux notes et aux mots !
 
 
Véronique Sauger
 
-- 
ÉPINGLE À NOURRICE ÉDITIONS POUR GENS DU MONDE

Conte poétique d'Agnès Raveloson 

"Mention spéciale poésie" de ce concours

 

 

Fleur de Cosmos 

 

Sous le charme d’Eden

 

 

 

1

 

 

 

Il était une fois, sur les routes vagabondes,

Au cœur de ville avec l’univers de ses rues,

Sur les routes humaines des citoyens du monde,

Une ville, appelée Fleur de Cosmos, s’était reconnue

 

 

 

Elle quittait Rue de l’Aigle, bordée de tilleul

Tournant le dos aux impasses privées de ciel.

Voulait élargir ses frontières, le cœur plein d’espoir.

Le train sifflait trois fois, sur le quai de l’au revoir.

 

 

 

Parcourant les vastes et les verts pâturages,

Les routes ici n’étaient pas du tout tracées,

Hautes herbes où grouillait la vie sauvage,

Les abris étaient reliés par des petits sentiers.

 

 

 

Elle empruntait les routes océanes voisines,

Les plongeurs goûtaient l’ivresse sous-marine.

Quand au grand oiseau de zinc, dans le ciel

Rapprochait les familles, c’était l’essentiel

 

 

 

2

 

 

Plus de macadam, voici les sentiers à perte de vue,

L’alchimie totale, fusion entre terre et ciel,

Les limites étaient atteintes, on n’avançait plus,

C’était le moment de contempler l’arc-en-ciel.

 

 

 

Ici, aucune voiture n’était garée en épi,

Pour laisser aux enfants un espace de répit.

Il n’y avait pas d’asphalte au parfum goudronné

Ni l’air pollué qu’on respirait à plein nez.

 

 

 

La mer était éblouissante sous le soleil,

A mon regard d’infinis paysages s’offraient,

Les dauphins faisaient prouesses et merveilles,

Au large les vagues argentées s’égaraient

 

 

 

Non loin du rivage était une île ignorée,

Fallait-il une pirogue, un chemin détourné ?

A vol d’oiseau la distance était plus rapprochée.

Aucun souci pour l’aventure, l’île était fortunée.

 

 

 

J’y trouvais orchidées, ananas parfumés

Embellissant de leur senteur cet univers parfait.

N’était-ce pas prodigue nature aux mains pleines ?

Ma solitude coulait ici des heures souveraines.

 

 

3

 

 

Moi, j’appréciais tout à fait ce tour du monde inouï,

Mais, j’avais besoin de m’asseoir pour me voir marcher,

Activer un amour en veille, une intime nostalgie

Revoir Eden, d’où j’étais partie, pour mieux l’apprécier.

 

 

 

Voici l’inventaire de mon héritage culturel,

La Cathédrale bâtie par mes aïeux et aïlleules,

Baptêmes, communion, mariages s’y déroulaient,

Monseigneur, avec solennité, les bénissait.

 

 

 

Hommage à la Villa Rose, palette de couleur,

Splendide fleur de corail, joyau dans l’écrin,

Ensemencée de briques rouges en son honneur,

Le canal des Sans abris, l’eau verte en son sein.

 

 

 

Son artiste avait bien du talent, de l’or dans la voix,

Dans ses trippes de jazz, une bulle qui trempait,

Le refrain de la pierre, témoin de son papa,

Son unique chanteur de bleues, le seul qu’il admirait.

 

 

 

Dans nos cœurs, cet enfant du pays était présent,

Car un amour sorcier abolissait la distance.

Le torrent de caillou avait baptisé son accent.

En lui, les violettes se faisaient parfois violence.

 

 

4

 

 

Que dire d’Eden, la capitale aux mille facettes,

Autour de son berceau, la Place des fêtes

Ses boutiques de luxe, la haute gastronomie,

Les passages pleins de charme, les plus belles galeries.

 

 

 

L’Eden romantique, sur les traces des écrivains

Qui avaient crée les berges du fleuve, au fil de l’eau,

Au cœur de la rive gauche, la rue Saint Valentin,

Cimetière des célébrités, saules pleureurs, bouleaux.

 

 

 

L’Eden bucolique, la campagne en ville, mes amis

Le bazar à ciel ouvert, rendez-vous des artistes,

Ses ruelles pavées, bordées de maisons fleuries.

Le petit train à vapeur enchantait les touristes.

 

 

 

L’Eden féerique « Le fameux P’tit Coquin »

Rue de Tokyo jusqu’à Rio, les guinguettes.

Le clou du spectacle au dernier arrondissement,

Il était question de gambettes et de paillettes

 

 

5

 

 

 

Le plus important c’était la dimension du cœur.

Dans ma rue, je quittais ma robe de tristesse,

Nez dans le vent, j’aérais ma pensée, pur bonheur.

J’arpentais mon bout du monde, plein de richesse.

 

 

 

Je flânais, les arbres me saluaient en passant.

Les feuilles mortes valsaient l’air joyeux.

Une ondée automnale rafraichissait gentiment,

Bientôt Noël, la ville brillait de mille feux.

 

 

 

Les yeux des enfants allaient s’émerveiller,

Les adultes retrouvaient leur âme d’enfant.

Chemin faisant, ma rue se laissait habiter

Par les rencontres, échanges du bon temps.

 

 

 

La rue, salon collectif de la gente canine,

Les maîtres parlaient parade de toutous racés,

Agence matrimoniale de chiennes câlines,

Caniches aux couettes roses, bleues et dorées.

 

 

 

Ce couple d’octogénaire, les yeux dans les yeux,

L’homme plié en quatre, la femme voûtée,

Main dans la main, échangeait un regard lumineux

Pour eux, une belle arrière saison ensoleillée.

 

 

 

Promenade de routine, l’automne de la vie,

Démarche chancelante, il s’installait sur le banc,

Ecoutait les oiseaux chanter, l’hymne à la vie,

Observait la nature et les fleurs longuement.

 

 

6

 

 

L’espace changeait au fond des choses et des êtres.

La profondeur révélait la couleur de l’autre,

Un cœur aimant, aimé, trouvait sa raison d’être,

Les gestes d’amitié et l’attention aux autres.

 

 

 

Enfin, Fleur de Cosmos rencontra Bouton d’Or,

Heureux jumelage sur une terre féconde.

L’amour fleurissait leur jardin intérieur, alors

Leur merveilleux sourire donnait saveur au monde.

 

 

 

L’univers de ma rue, village interplanétaire,

Fenêtre ouverte aux sans voix, ni terre,

Je croyais en son avenir, un élément fédérateur

De la couleur arc-en-ciel, sans frontières.

 

 

 

Fraternel, solidaire, l’Eden cosmopolite était fier

D’élargir son cœur de ville plutôt que ses frontières.

Festif, le champagne en fines chorégraphies

Pétillait, ivre d’amour, de liberté, de poésie !

 

 

Agnès Raveloson

 

 

Concours 2015 « Conte là-dessus »

Organisé par l’association Gens du monde

 

 

 

Sites de référence :
© Concours organisé par l’association Gens du monde
 

 

Retransmis par la Ruche des Arts

 

 

La Ruche des Arts

Communication: Michèle Lassiaz,

Agnès Raveloson

Information relayée et transmise par

Chloë Henrriet de Colombes

pour les contes du Jour et de la Nuit

Véronique Sauger et Elisabeth Regenet Capuana

mise en page web pour la Ruche des Arts

Christian Lafont

 

Chr