LES ATELIERS D’ÉCRITURE 01

 

Mnémosyne: La mémoire des Ateliers d'écriture

 

 

Depuis de nombreuses années, les poètes débutants et pour la majorité confirmés, 

adorent se retrouver , avec Bernard Philippon, Mariéva Sol, ou Sylvie Hérout, sur le thème du moment-différent à chaque fois- et, dans un esprit proche de l'Oulipo, de manière ludique, mais sérieusement, ils pensent, écrivent, s'étonnent , sont surpris et rient des textes ou poèmes différents,  émouvants, surréalistes ou contradictoires, qu'ils ont élaborés dans cet atelier; Les résultats étant fonction de l'état d'esprit, du caractère et du moral de chacun au moment de l'atelier 

 

Voici les derniers compte rendus publiés avant le transfert à l'adresse actuelle; à cette adresse vous prendrez régulièrement connaissance des événements passés:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la création d'un nouveau monde, il fallait au moins deux tables rondes

 

 

 

Disposant à titre exceptionnel d'un espace de réception

du rez de chaussée de la maison des associations, c'est avec un plaisir toujours renouvelé, que nous avons pris place autour des deux tables rondes mises à notre disposition pour cet atelier d'écriture dont le thème était :"La Création"

De la création au sens large, à la création de différents éléments et à la création d'un nouveau monde, il y avait quelques pas, que Bernard nous fit franchir progressivement, joyeusement et allègrement.

c'est ainsi que nous avons créé, individuellement et collectivement avec un esprit "Oulipien", un poème aux attributs bizarres(vous avez dit bizarre? quoi bizarre! comme c'est bizarre...)que nous avons nommé, non pas "une rucherie", mais: un "Arruche-coeur" comme les mots qui en viennent!

 

 

puis ne reculant devant aucun sacrifice et aucune rucherie, nous sommes passés à des choses plus sérieuses ou plus drôles, la demande du plus grand :Dieu s'adressant à un cabinet d'architectes -tant intérieurs que généralistes- pour analyser ce qui n'avait pas ou moins bien fonctionné, et envisager "la création d'un nouveau monde"

C'est en tout cas ce que nous demanda, Bernard, son intercesseur, lors de cet atelier d'écriture, et c'est ainsi que nous nous retrouvâmes cogitant et écrivant en prose ou vers, une analyse ou un projet pour créer ce nouveau monde.

et Dieu dans tout çà ?       

 

il en est résulté des écrits différents mais souvent complémentaires dont certains ont èté lus lors de la scène ouverte sur le même thème et qui seront publiés ultérieurement; vous avez manqué quelque chose si vous n'y étiez pas....et dans l'attente...dans l'attente,

participez au prochain atelier d'écriture dont le thème est "l'attente"

 

 

Atelier d'écriture de la Ruche des Arts

 

animé et dynamisé par Bernard Philippon

 

Thème L'ATTENTE

 

le Jeudi 12  Juin 2014 à 20h

à la Maison des Associations du 18ème

15  passage Ramey 

métro Marcadet-Poissonniers ou Jules Joffrin

 

 

 

Article, mise en page et photos

Christian Lafont

 

 

 

atelier écriture 7-copie-1 

 

 

Les poètes de l'atelier

ont bien oeuvré durant l'atelier de mars

 

Pas plus d'élèves que de beurre en broche

pour cet Atelier d'écriture où participaient amicalement et volontairement :

Michèle Lassiaz, Alain Pizerra, Ysia Mariéva, Serge Carbonnel -excusez du peu, entre-autres- et où seul le rédacteur de cet article avait moins d'heures de vol en poésie que ces poètes confirmés, mais heureux de s'adonner aux joies d'une émulation collective, récréative et ludique dont voici quelques extraits:

 

 

 

Quoi de plus passionnant

qu'un tableau qui émerge ?

C'est tout comme au printemps

une sève neuve gamberge

dans quel rameau jaillir ?

Quelle feuille pour l'accueillir ?

 

Je suis tableau naissant

mes couleurs recherchant

du rouge du jaune du bleu

du vert en camaïeu

 

la forme se dessine

gros traits ou touches fines

le suspense est total

jusqu'au geste final

 

je me crée de moi-même

comme de mes propres cendres

bonne pâte je t'aime

en toi je peux descendre

 

Au centre de mon cœur

au cœur de mon centre

je trouve la bonne couleur

celle de l'âme en mon antre

 

et mon pinceau l'étale

surgissent l'arc en ciel

les volutes s'emballent

en œuvre existentielle

 

Ysia mariéva

« Plume d'Encre »

D.R. 

 

  fleursetpleurs 003

 

 

Poète prend ta plume et trempe là dans l'encre

Et sur la feuille blanche, écris les mots venus

Du fond de ta mémoire et que ta main ne flanche

a dessiner les mots de la vie, du vécu.

 

Toi, peintre vois ces mots et donne leur matière

donne leur mouvement et donne leur couleur

Donne leur sensation pour que dans la lumière

Nos yeux soient comme source emportant la douleur

 

Et que la musique rajoute à ces mots peints

Ce qu'il faut d'harmonie pour que les mots soient sons

pour que les mots couleurs n'existent pas en vain

et que la valse folle mette en nos cœurs du bon

 

Alors en cet instant la danse suit son cours

Elle amène le tout dans le secret du geste

Elle arrose le corps et l'articule pour

Faire de cet ensemble un envol fort leste

 

Serge Carbonnel 

  D.R.

 

 fleursetpleurs 003 

 

 

Montmartre, je t'ai aimé

je t'aime toujours

encore et encore pour ce que tu as été

mais quelque peu triste

de ce que tu es devenu

un marché d'horreurs

trop souvent

où se mêlent portraitistes

des soi-disant peintres...

le talent est trop souvent absent

des toiles proposées

vendues à la criée

comme sur un marché

 

Michèle Lassiaz

D.R. 

 

fleursetpleurs 003

 

Allégorie du vent,

Légère et court vêtue

Algues pou chevelure,

La nymphe se dresse têtue.

 

Thème et variations

Accords de Mélisande

Cercle de branches inquiètes

Et la muse tend l'oreille

 

Méditation perplexe

Comme pour l'art du silence

Auréole cornet d'or et chardon pique

Volutes pour fin de siècle

 

L'olivier et ses voiles

pensive et incertaine

Aphrodite l'âme inquiète

Médite sur les secrets de Campanie lointaine

 

Alain Pizerra

D.R. 

 

  la complainte du p'tit noir, la jaquette 070

 

Etaient au programme: votre univers artistique, le peintre Mucha, la ballade

Article et photos: Benoit Gimenez et christian Lafont    

 

  

Prochain

 

Atelier d'écriture

 

Jeudi 03 avril à 20h 

   

“Surprises et inattendues"

 

à la

Maison des Associations  

15 Passage Ramey, Paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

 

 

 

 DSCF0771 

chribema

 

 
 

 

DSCF1524.JPG 

 

Les poètes de l’atelier

ont bien œuvré en avril

Plus que jamais, les poètes de l’atelier de Bernard ignoraient ce qui les attendait à cet atelier d’écriture, dont le thème était ce soir : SURPRISES ET INATTENDUS ! Bernard avait d’ailleurs apporté du matériel : dictionnaires, recueils de membres de la Ruche des Arts, cartes de citations poétiques...
de quoi nous surprendre !

 

 

DSCF1526.JPG 

 

exercice 1

 

Nous étions sept à nous jeter avec délice dans l’inconnu ; un premier exercice nous installait, prisonniers de longue date, dans une geôle lugubre et solitaire, avec un tout petit bout de papier pour écrire un ultime courrier... avec les seules lettres dont la graphie ne déborde ni vers le haut, ni vers le bas (a, c, e, i, m...).

 

 

 

Mon amour, ce courrier sera mon au revoir. Ici rien ne va : oui, à nu mon cœur s’amenuise. Voici ma vie : amère, morne, rance, comme une morsure. Mon vœu : un verre avec mon ami, une soirée avec mon amour... mais non ! Ici, sans vous, sans issue ni secours, mon rêve ne rime à rien. Crier sera vain. Courir ? Mais où ? Aucun accès ne s’ouvre ! Mourir... mourir mais sourire, à vous voir en mes rêves. 

 

Texte de Sabine Kahsay Habtemicael

 

fleursetpleurs 003

 

 exercice 2

  

Quatre vers extraits des fables de La Fontaine constituaient ensuite le point de départ - ou d’arrivée ! de poèmes que nous devions composer en les y intégrant. Un exercice qui a particulièrement inspiré certains participants !

 

Le cul de cette fille blonde

Etait craint partout à la ronde

Mais ce ne sont pas mes affaires

Ce sont plutôt celles du maire

Quand d’importants attroupements

Se créent à cause de ses amants

 

Texte de Mariéva Sol

 

 

 

Ôtez vos masques,

Ôtez vos sourires narquois, suffisants

Messieurs les députés,

Messieurs qu’on nomme grands,

Car les grands pour la plupart

Sont masques de théâtre

Cessez vos vilennies, vos mensonges

Vos soi-disantes compassions

Pour le menu peuple horrifié

Malmené car ce ne sont pas là leurs affaires, dites-vous

Allons, un peu de bienséance

Vous n’êtes plus craints partout à la ronde

Le peuple se réveille

Le peuple se révolte

Le peuple vous fout à la porte,

Enfin !

 

Texte de Michèle Lassiaz

 

 

Les grands pour la plupart sont masques de théâtre

Leur vie est terne et creuse, et plate comme le plâtre

A force de paraître, ils ne savent jouir

Des jours si merveilleux qui vont nous éblouir

Mais les pauvres d’esprit qui ne savons pas feindre

Dire comme eux : “Si mes confrères savaient peindre”

Eux qui n’ont pas d'amis, de confrères, ni rien

Eux qui n’ont qu’un pouvoir dénoué de tout lien

Ces hommes qui étaient craints partout à la ronde

Simplement car ils sont de loin les plus immondes

Ce ne sont pas là mes affaires et tant mieux

Je préfère dormir plus heureux dans mon pieu.

 

Texte de May

 

fleursetpleurs 003

 

exercice 3
 

 

L’exercice suivant proposait d'écrire des questions en Qui...?
et Qu’est-ce qui... ? ainsi que leurs réponses, et de croiser
nos créations deux par deux. Collant parfaitement avec le thème
de l’atelier, le résultat fut pour le moins... inattendu ! 
La surprise suivante s’appuyait sur des mots extraits au hasard
des recueils apportés par Bernard, avec lesquels nous devions
composer un quatrain.

 

 

 

Le jeune oiseau tourbillonnant

Sur la branche du haut, se tenait hésitant

Un tout petit oiseau, sur le rebord du nid

Ses jeunes ailes ouvertes, dans l’air tourbillonnant

Il s’élança soudain, volant vers l’infini

 

Texte de Sabine Kahsay Habtemicael

 

  

fleursetpleurs 003

 

 exercice 4

 

 

Enfin, l’inattendu se glissa dans le vocabulaire,
puisque nous devions pour finir créer un mot à partir de deux,
et imaginer sa définition.

 

Oscillence (oscillation + silence) :

oscillation du silence dans le désert, avant le vertige lié à la torpeur.

 

Création de May

 

Grizzmain (grizzli + humain) :

individu de mauvais poil.

 

Création de Sabine Kahsay Habtemicael

 

 

L’heure de fin, hélas attendue mais regrettée, de la séance sonna, nous nous sommes quittés dans la gaieté des mots, prêts à nous laisser surprendre, encore et toujours...

 

Texte de Sabine Kahsay Habtemichael

Photos de Christian Lafont

 

DSCF1525.JPG

  

Prochain

 

Atelier d’écriture

 

Jeudi 15 mai à 20h 

  

“La création"

 

à la

Maison des Associations 

15 Passage Ramey, Paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

 

atelier écriture 7-copie-1

 

sabechrima

 

 

Photo 008-copie-1

 

Jeudi 06 mars à 20h 

 

Atelier-écriture de Bernard 

 

“Au cœur des arts"

 

à la

Maison des Associations  

15 passage Ramey, Paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

 

 

A l’orée de ce nouveau Printemps des Poètes 2014, où,
comme toujours, notre association sera des plus actives,
Bernard Philippon nous propose de nous amuser, par le biais
de ses exercices hilarants et sémantiques, sur le thème officiel
de ce nouvel opus  : « Au cœur des arts ».

 

Comme toujours, lors de son atelier d’écriture mensuel, joie,
bonne humeur et amitié saupoudrées de réflexion, d’inspiration
et de cogitation feront les émotions de nos écrits qui clameront
les arts poétiques….

 

Nous vous proposons, donc, de prendre une chaise
et de vous asseoir à la table des plaisirs de l’exercice littéraire,
avec nous, compagnons de la rime et de la prose, pour venir
passer un agréable moment de fraternité…

 

 

LOGOPDPhautedef

 

bemaalch

 

 

img255.jpg 

 

Dessin d'Irène Ambert

Exercice 2:

 "Faire une BD : dessiner
4 moments de la vie quotidienne d'un clown."

 

Les élèves de Marièva Sol

ont bien oeuvré durant l'atelier de décembre

 

 

Exercice 5:

L’exercice demandé par Mariéva était d’imaginer en vers,le quotidien de, au choix :

Miss France, Barack  Obama, Super Mammy (ou mamie),  Johnny Hallyday

 

 

Ah, si j'étais Johnny!!

 

Ah que, il faut que je me souvienne

Que ma Sylvie, c’était la reine

Mais qu’après avoir attendu la nuit,

J’ai rendez-vous avec Super Mammy

 

Et comme on me demande : «   ah que comment ça va ? »

Je me demande et moi et moi et moi,

Si demain dans l’Oklahoma,

J’ai pas rendez-vous avec Obama..

 

Passque Dutronc quand je viens en France,

Prend le pastis pour la délivrance,

Et moi vaillant toute mon existence,

Je vais retrouver la nouvelle Miss France

 

Tout le monde dit Ah que Johnny a l’idée !

Ah que c’est sûr , visé dans l’mille,

Car avec Laetitia on a trouvé

Des ronds à Optic 2000

 

Christian Lafont

Atelier d’écriture de Mariéva Sol

du 09 janvier 2013

 

nota : sans rapport avec l’exercice

et bien antérieurement, Christian L

porte des lunettes de l’opticien à l’enseigne précitée

de la rue des Martyrs ( ;-)))

 

Famille 2012-2013 024

 

 

Exercice 3:

"Un employé de bureau émotif a des
tics lorsqu'il sort de son quotidien, il part en vacances au Club Med." 

 

UN ÉMOTIF AU CLUB MED ET SES TICS

 

Je suis un émotif

Rempli de tics

Je suis un timide

Un handicapé

Et je suis cependant parti

Au Club Med des Canaries

Afin de m’amuser

Terrible, ce fut terrible

Je n’osais me dévêtir

À la piscine

Je rougissais à l’approche

D’une minette

Et bégayais lorsque

J’essayais de lui parler

J’en ai perdu mon froc

Lorsque le gentil G.O.

M’a fait monter

Sur une scène

Pour m’essayer à des impros

Et puis je me suis affalé

Aux pieds d’un bel hidalgo.

                       

Michèle Lassiaz

 

Exercice 4  

Ecrire la vie quotidienne d’un tueur à gage en vers

 

Je m’appelle Siméon

J’ai horreur qu’on me dise non

Car je vous assure, sinon

Je sors mon moderne tromblon

C’est mortel je vous dis et pourtant

Bien qu’armé jusqu’aux dents

Je suis un sentimental ardent

Je suis un gars très doux

Sensible gentil et surtout

Pour un je t’aime j’irai jusqu’au bout

Je cacherai mes dents de loup

Mais si les donzelles m’agacent

Si ce sont de pures garces

Si l’on me fait des farces

Moi j’en fais de la farce

            À saucisse

Hier j’en ai occis vingt-huit

Que j’ai aplaties comme des huîtres

Elles voulaient s’réfugier dans la fuite

Elles suppliaient et ainsi de suite

J’ai sorti mon fusil à lunette

Et j’ai trucidé toutes ces minettes

Ah c’était vraiment leur fête

Puis je les ai découpées à la machette.

 

Marièva Sol 

 

  

Prochain

 

Atelier d'écriture

 

Jeudi 09 janvier à 20h 

   

“La solitude"

 

à la

Maison des Associations  

15 passage Ramey, Paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

  

 

AtelierNovembre 015

 

Les élèves de Bernard Philippon

ont bien oeuvré durant l'atelier de janvier

 

 

Exercice 2:

Fil rouge poétique sur le thème de la solitude, chaque élève propose quelques vers: 

 

J’ai pour ami la vie qui égraine le temps long

 Voyageur d’un court siècle et dans beaucoup d’espaces

Pourtant je suis bien seul : milliards de compagnons

Et pas un avec qui le courant passe…

 

J’ai pour ami l’herbe fraîche pleurant

Au lever du soleil ses larmes de cristal

J’adore m’y vautrer, me ressourcer

Même si comme cela ma solitude s’étale…

 

J’ai pour ami le vent qui souffle sur le monde

Y portant mes pensées et mes idées profondes

Pourtant je suis bien seule au milieu de mes rêves

Qui me comblent de joie et jamais ne s’achèvent …

 

Fil rouge collectif de l’atelier d’écriture du 09/01/2014 

 

 

 

Exercice 3:

"Mettre en avant la solitude d'un personnage célèbre"

 

Eh oui, mon vieux Mozart,

C’est pas de ta faute, si, dans la journée

Tu demeures seul devant ta pâtée,

Que néanmoins je dispose avec art

Dans chaque gamelle pour te nourrir,

Afin que tu puisses sauter, courir…

Elle reviendra, Michèle, de son habitat auvergnat,

Où son couvreur lui a parlé de toit

Et peut-être aussi de toi, de nous, de vous…

Je suis impatient, je l’avoue

Réjouis-toi en attendant ; je suis sûr qu’elle reviendra

 

Christian Lafont

Atelier d’écriture du 09 01 2014

Paris maison des associations

 

 

 

Exercice 4:

haîkus  

   

Défiant son sort

 Comme un puant hareng saur

Le vieillard s’en sort

 

Mais voici la mort

Qui sur lui surgit, le mord

Sans un seul remord

 

May Duhameaux

09/01/2014

 

Nota de Christian  Lafont : ces 2 haîkus de May

ont la particularité de respecter le métré des haïkus

et de rimer de façon traditionnelle

 

 

DSCF0771.JPG

 

  

Prochain

 

Atelier d'écriture

 

Jeudi 06 février à 20h 

   

“Terre et espace"

 

à la

Maison des Associations  

15 Passage Ramey, Paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

 

chribema

 

 

Atelierdecriture2.JPG

 

Les élèves de Marièva Sol

ont bien oeuvré durant l'atelier de novembre

Voici plusieurs résultats d'exercices concoctés par Marièva:

 

Exercice 5

 

Ecrire un poème avec 7 mots de la liste

 ci-dessous sur le thème de « La main du destin »

 

Aveugle ; tapis ; poêle ; lassitude ; chien ; dormir ; puant ; porte ; usé ; boire ; ventre ;

étourdi ; peigne ; dénudé ; coiffeuse ; cueillir ; gilet ; pied ; vendre ; samedi ; cercueil ;

 

La lassitude me fait dormir

Sur un talus qui m’étourdit

Et mon ventre lieu de féerie

Porte un gilet puant et gris

Mes pieds tout étourdis

Usent, effleurent le tapis

 

Poème de Gisèle Ory

 

Partie cueillir des fleurettes

Etourdie par un soleil écrasant

Je me suis endormie

Ce samedi

Dénudée

Dans un pré

Sur un tapis d’herbe fraîche

Et j’ai déposé ma lassitude

Au pied d’un peuplier

 

Poème de Michèle Lassiaz

 

Exercice 8

Faire une dessin avec deux mains et un symbole 

Atelierdecriture1.JPG

 

Exercice 7

  Ecrire un polar avec pour phrase finale « Et il étrangla à mains nues »

 

Irène, la femme du boulanger, trompe son mari chaque Lundi. Elle raconte le soir venu qu’elle passe la journée chez son amie Annie. Son mari qui l’avait suivie lui dit qu’elle avait menti; elle prit la mouche et lui redit :

 

 –« J’ai passé la journée chez mon amie Annie ! »

 

Il sauta sur son amie et l’étrangla à main nue.

 

Texte de Gisèle Ory

 

Le brouillard dégouline dans les avaloirs, glissant sur l’eau noire des caniveaux. Seuls les ampoules des candélabres, comme des lucioles à rond d’oignon, percent l’opaque gris de ce soir d’hiver, entre chien et loup. Les poubelles vomissent les détritus des gens calfeutrés dans leur boite IKEA de salle à manger. Mais les volets sont clos, la rue est vide d’existence et je me promets que cela demeurera ainsi toute la nuit.

 

C’est comme un jeu de hasard, le premier promeneur traversant l’opaque, calfeutré dans les replis de son manteau, passera l’arme à gauche sur le trottoir de droite. Le temps passe et les chiens pissent. C’est le silence malgré les moteurs-diesel au loin.

 

J’attends impatient…

On peut avoir de ces lubies, parfois…

 

C’est alors qu’apparaît le divine enfant en la personne d’un grand père. Je m’approche, contraire au vents et aux lucioles, les mains tendues.

 

Mais, c’est une nouvelle fois trop tard ! Car, comme toujours, Marièva me chaparde la proie. C’est un coquine qui ne peut s’empêcher de faucher les lubies des autres. Et « elle » l’étrangla à main nue.

 

Texte de Benoit Gimenez

 

 

 

Prochain

 

Atelier d'écriture

 

Jeudi 12 décembre à 20h 

   

“Le quotidien"

 

à la

Maison des Associations  

15 passage Ramey, Paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

 

  Atelierdecriture3.JPG

 

 

be

 

  atelier écriture 4

 

Jeudi 07 novembre à 20h 

 

Atelier-écriture de Bernard 

 

“Les mains"

 

à la

Maison des Associations  

15 passage Ramey, Paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

 

Il suffit d’encre, de quelques feuilles blanches pour que nos mains 
s’agrippent soudainement au stylo et écrivent de beaux sonnets,
de la belle prose, mues par une inspiration complice.

 

Il suffit aussi de suivre les directives du maître de cérémonie,
notre ami Bernard qui, par pléthore d’exercices ludiques et variés,
nous guide dans les méandres de la langue française.

 

Alors l’incroyable se produit : les mots surgissent, les phrases
s’enchaînent, les vers s’harmonisent. Nos mains catalysent notre 
 joie et notre passion à écrire entre fous rires et silences.
Nos feuilles sont pleines de ratures, de coups de gomme,
de vers magnifiques, de textes singuliers. 

 

Nos ateliers d’écriture mensuels sont gratuits. Quiconque 
souhaite y participer est le bienvenu car notre attention n’en sera 
que plus assidue et notre plaisir plus intense. Le nouveau venu,
comme tous les participants, pourra déclamer sa création
au cours de notre scène ouverte poétique qui a lieu le mercredi
de la semaine suivant l’atelier. 

 

atelier écriture 7 

bemadial

la complainte du p'tit noir, la jaquette 021

 

Jeudi 10 octobre à 20h 

 

Atelier-écriture de Bernard 

 

“L'absence"

 

à la

Maison des Associations  

15 passage Ramey, Paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

 

Bernard Philippon sera présent pour nous amuser avec des exercices sur l’absence. S'il y a absence de stylos, les élèves présents en prêteront. S'il y a absence de feuilles, les artistes présents en détacheront. Mais le bonheur d’écrire sera bel et bien présent, sans absence d’amitié, ni de moments de fou rire, ni de moments studieux. L’atelier d’écriture est gratuit à qui veut être présent, sans absence d’inspiration. L’entrée est libre sans la moindre présence de vigile. Si l’absence prédominera dans les pensées des élèves, la présence de l’amitié, elle, vibrera dans tous les cœurs 

 

 

dessin-atelier-sept-de-Marieva.JPG 

 

Les élèves de Marièva ont bien œuvré en septembre..

 Voici plusieurs résultats d'exercices parmi ceux proposés par Marièva Sol:

 

 

Exercice consistant à donner une signification ou un équivalent aux couleurs prédéterminées

 

 

 

Bleu      comme  le pull de Christian

Rouge        «       la trogne du Curé

Noir           «       les égouts de Paris

Gris           «       les grisettes de la rue Royale

Jaune         «       celui qui trahit

Vert           «       l’encre du puits

Orange      «       la chanson de Bécaud

Blanc         «       le communiant

Violet        «       la plume de l’Evêque

Marron      «       un rendez-vous manqué

 

                   Texte de Michèle Lassiaz

 

Bleu      comme  l ’angoisse

Rouge        «       l’éclair

Noir           «       un foutoir

Gris           «        l’oubli

Jaune         «        la trahison

Vert           «        l’envers

Orange      «        vidange

Blanc         «        océan

Violet        «        gelé

Marron      «        un espion

 

                 Texte de Serge Carbonnel

 

 

Bleu      comme  un steak  dans un restaurant végétarien

Rouge        «       les joues de Jean après une bonne cuite

Noir           «       ton cœur et ton âme

Gris           «       des chaussettes blanches sales

Jaune         «       un briseur de grève un soir de défilé

Vert           «       Joseph lorsqu’il est arrêté par les policiers

Orange      «       un feu tricolore lorsque tout le monde passe malgré lui

Blanc         «       le corps d’une jeune vierge

Violet        «       les mitaines d’une vieille fille un dimanche

Marron      «       un plat de marrons

 

                  texte de Mariéva Sol

                 dessin de Christian LAFONT

 

 

bema

 

 

 

 

Photo 009

 

Jeudi 12 septembre à 20h 

 

Notre atelier d'écriture 

 

“Le goût, les couleurs et les parfums"

 

à la

Maison des Associations  

15 passage Ramey, Paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

 

 

Nous annonçons la saison 2013/2014 de notre association ouverte !

 

Heureux qui, comme Ulysse, se joindra à nous autour de la table ronde et que la chance assiste celui qui y sera en quête de style et en pèlerinage de poésie !

 

Marièva Sol, qui remplace au treize pieds levés Bernard Philippon pour ce premier atelier de la saison, nous concoctera moult exercices sémantiques, qui rendront nos découvertes paradisiaques et nos crêpages de chignons ludiques.

 

L’atelier d’écriture est gratuit tout comme notre amitié ; les fous rires sont garantis.

 

Venez donc nous rejoindre dans parfois le silence de la cogitation, parfois sous les sourires de la narration et dans les joies sincères de l’agréable moment passé ensemble !

 

 

Photo 021 

 

Les élèves de Bernard ont bien œuvré en juin 2013....  

 

Exercice consistant à écrire un quatrain sur un thème et des rimes

Tirés au sort soit : les Vacances et rimes en Ane et iste , tout en

Faisant en sorte que les autres participants n’utilisent pas les mêmes mots

 

 

 

En ayant absorbé tant de carraghénanes,

Dans le menu du cuisinier fumiste,

Les vacances commencèrent en chaussant les tatanes,

Pour danser au son du sous-bassophoniste

 

texte de Christian Lafont

 

  Ah! Mon dieu comme c'est triste

de s'en aller à dos d'âne

Quand on est un grand artiste

C'est une peau de banane

qui m'a jeté sur la piste

Un rivale qui me condamne

A demeurer le lampiste

Qui se trouvera en panne.

 

Texte de May Duhaumeaux

 

                               

Sur le thème une unité de temps progressive ou dégressive

Exercice libre ayant pour inspiration la chanson d’Edith Piaf

S’adressant à Marcel Cerdan :

 

Une heure de plus à tourner, tourner…

Une minute de plus à m’étourdir

Une seconde de plus pour ne plus finir

Un boson de plus pour l’éternité…

  

texte de Christian Lafont

 

Une année de plus

Ne me quitte plus

Quatre mois de plus

Ne me quitte plus

Trois semaines de plus

Ne me quittes plus

Quinze jours de plus

Ne me quitte plus

Trente heures de plus

Ne me quitte plus

Une minute de plus

Ne me quitte plus

Un soupir de plus

Ne me quitte plus

Nous nous sommes plus

Pour l'éternité

Rien de moins, rien de plus...

 

Texte de May Duhameaux 

 

Lorsqu'un adolescent rêve d'être majeur

Il pense que le temps s'écoule avec retard

Et lorsqu'il est majeur rêvant d'être mineur

Il voudrait retenir le temps dans un placard.

 

texte de Serge Carbonnel

bema 

 

Famille 2012-2013 029

 

Jeudi 06 juin à 20h 

 

 

Atelier-écriture 

 

“Une année de plus"

 

à la

Maison des Associations  

15 passage Ramey, Paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

 

Atelier d’écriture dernière !

 

C’est ainsi, chers compagnons, les bonnes choses littéraires ayant toujours
une fin, les exercices concoctés par Bernard (et, parfois aussi par Marièva )
cesseront leurs turpitudes cognitives et zygomatiques le mois prochain….

 

Quoi ? Vous n’êtes point d’accord ? Vous en redemandez tel des drogués
en stade terminal du bon mot et du merveilleux vers ? Vos stylos, et autres
plumes d’oies, trépignent déjà d’impatience à la délectation future de
remue-méninges concoctés par nos amis fous furieux ?

 

N’ayez crainte.

 

L’atelier reprendra ses pleins pouvoirs dès octobre de cette année.

 

Mais pour l’instant, profitons pleinement du rendez-vous à la Maison
des Associations de ce dernier atelier ( je l’ai déjà dit, me semble-t-il)….

Soyons, donc, nombreux pour clôturer en beauté la saison 2012/2013
en prise de tête couronnée de poésie !!!

 

Famille 2012-2013 009

 

Les élèves de Marièva ont bien œuvré en mai....

Les  élèves ont participé à l'atelier de ce mois. Voici plusieurs exercices,
sur ceux proposés par Marièva Sol:

 

Fil rouge de la soirée :

Tous les participants doivent commencer leurs vers par "Sur le silence,..."

 

Sur le silence des pommiers

les oiseaux de neiges se posent.

Ils attendent le temps des roses

mais il ne sont pas les premiers.

Sur le silence de la loi

j’invoquerai la loi du silence

Qui en réfléchissant, ma foi

peut être détruit par son absence.

Le silence est d’or

et la parole d’argent.

C'est dans le silence profond

qu’on peut trouver son âme.

Sur le silence de l'être chérie,

on ne susurre que des sucreries.

Sur le silence de l’espace

le temps s’étire et la vie fait son nid.

Sur le silence des deux cœurs vierges

c'est l'espérance qui émerge.

 

  Exercice 2:

Marièva propose une scènette silencieuse et pleine de gestes multiples....

Traduire par l'écriture cette pantomyne.

 

Lors Mariéva Sol s’élança, battit alternativement des bras en brassant de l’air, faisant tant semblant d’attaquer ou attraper les mouches qui l’entouraient, qu’elle y réussit parfaitement trop peut-être, car elle en attrapa dans l’œil et cela la fit pleurer ; elle se frotta les yeux, stoppa, et repartit en battant et écrasant les mouches de manière énergique …

 

Christian Lafont

 

 Elle marche en silence

Mais bouscule ses pas

Singe son chat

Qui ne miaule plus

Il fait le gros dos

Mais ne ronronne pas

Salue sa maîtresse

qui ne bronche pas.

 

Gisèle Ory

 

5ème exercice:

Texte à écrire: un mot par case avec l'obligation sur certaines cases
d’une syllabe obligatoire...

  

 

Quand le train part en angleterre, je crois que

mon coeur flanche. Il me parle liberté. Je suis

la ténebre déprimée chafouine et je demeure en silence

pendant tout le trajet en pleurant sur cette séparation.

 

May Duhameaux

 

Je suis tranquille car cette année il faut qu’enfin

je m’inscrive dans l’île voisine pour lire sur la

plage tenue par Christian et Gisèle mes amis silencieux

appréciés, connus l’été dernier en dansant sur ce sable.

 

Michèle Lassiaz

 

be

 

  atelier écriture 7

 

Jeudi 16 mai à 20h 

 

Atelier-écriture de Bernard 

 

“Le silence"

 

à la

Maison des Associations  

15 passage Ramey, Paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

 

 

 

Le silence est d’or lorsque l’encre de nos pensées griffonne
les pages blanches de nos carnets. Bernard Philippon
nous concoctera, encore et toujours, des exercices
« abracadabrantesques » pour que notre inspiration de poètes
soit contrainte à d’autres horizons littéraires.

 

 Mais, n’ayez crainte, futurs comparses qui souhaitez
jouer avec la prose et la rime dans cet atelier iconoclaste…
car nous rions beaucoup aussi.

 

L’écriture sans l’amitié serait, sinon, un silence fort désagréable
quand, entre amis, nous aimons à composer….

 

L’atelier d’écriture est gratuit pour vous qui souhaiteriez 
nous rejoindre une première fois. Mais si le plaisir de partager vers et prose avec nous vous rend gourmand(e)s et assidu(e)s, alors la Ruche vous demandera d’adhérer à l’association (30 euros l’année).

 

 

  AtelierNovembre 015

 

Les élèves de Bernard ont bien oeuvré en avril....

Huit élèves ont participé à l'atelier de ce mois. Voici un exercice, sur les cinq proposés par Bernard. Un acrostiche simple sur le mot "LIVRE"  ou "LE LIVRE"...Voici les résultats de cinq d'entre nous...

 

 

Lisant avec plaisir depuis ma tendre enfance,

Entre deux maux, que j’espère passagers,

  

Le livre me permet toujours de m’évader;

Interrogeant quelque espace de mes bibliothèques

Vers quels horizons vais-je me diriger ? et…

Retrouver le désir de relire et redécouvrir

En un instant le bonheur qu’on me livre…

 

Christian Lafont

Atelier d’écriture de Bernard Philippon

Du 11 Avril 2013

 

L’ivresse en odeur jaunie de l’âge

En reliure dorée de lettres

 

Largue au loin le noir routage

 Impure route en avoir et être.

Vieil ouvrage perdu au grenier

Rêve de nous faire rêver encore

Envole-toi, livre, mon bel apôtre.

 

Texte de Benoit Gimenez

 

Lire, Lire à quoi ça sert

Il paraît que c’est bien utile

Vivre sans, serait si futile

Rêver en prose, écrire en vers

Et vivre sans, c’est bien l’enfer.

 

Texte de Bernard Philippon

 

 

Lève les yeux à l’horizon

Et liquéfie la déraison

 

Le bateau part le bateau file

Ivre de vent et très habile

Virant en découpant l’écume

Ravaudant le flot qu’il allume

Etoilant ses voiles de brumes.

 

Texte de Marièva Sol

 

 

Léger comme l’air

Epais comme un pavé

 

Le livre imaginaire

Incroyable, éphémère

Vient nourrir, cultiver

Réjouir mon esprit

En lui mon voyage gratuit

 

Texte de Ysia « Plume d’encre »

 

Lire est un plaisir

Entre les lignes

 

L’idée vient de surgir

Induites par les signes

Vingt trois déjà écrits

Relis : l’idée est digne

Etincelle d’esprit.

 

Texte de Ysia « plume d’encre »

 

 

bema

 

 

 

 

la complainte du p'tit noir, la jaquette 021

 

Jeudi 11 avril à 20h 

 

Atelier-écriture de Bernard 

 

“Le livre"

 

à la

Maison des Associations  

15 passage Ramey, Paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

 

Ce n’est pas sur nos tables de chevet que nous dénicherons le livre propre à nourrir nos réflexions car il est le thème de notre atelier d’écriture mensuel... Et c’est à la MDA que nous le trouverons. 

 

Bernard Philippon puisera dans sa bibliothèque de quoi transformer nos feuilles blanches en prose et poésie. Par le biais de ses exercices toujours drôlissimes, il activera nos méninges avec aisance et volubilité.

 

Le plaisir d'écrire devrait, une fois encore, ravir les participants de cet atelier gratuit et le plaisir d’être entre amis saupoudrera le tout de joie, de bonne humeur, voire de fous rires !

 


Un grand merci à Marièva Sol d’avoir remplacé au pied levé notre ami Bernard, durant notre atelier du mois de mars.... 

 

la complainte du p'tit noir, la jaquette 042

 

 

be

 

Photo 008-copie-1

 

Jeudi 21 mars à 20h 

 

Atelier-écriture de Bernard 

 

“Les voix du poète"

 

à la

Maison des Associations  

15 passage Ramey, Paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

 

 

A l’orée de ce nouveau Printemps des Poètes 2013, où,
comme toujours, notre association sera des plus actives,
Bernard Philippon nous propose de nous amuser, par le biais
de ses exercices hilarants et sémantiques, sur le thème officiel
de ce nouvel opus  : « Les voix du poète ».

 

Comme toujours, lors de son atelier d’écriture mensuel, joie,
bonne humeur et amitié saupoudrées de réflexion, d’inspiration
et de cogitation feront les émotions de nos écrits qui clameront
les voix de poésie….

 

Nous vous proposons, donc, de prendre une chaise
et de vous asseoir à la table des plaisirs de l’exercice littéraire,
avec nous, compagnons de la rime et de la prose, pour venir
passer un agréable moment de fraternité…

 

 

LOGOPDPhautedef

 

bemaal

 

atelier écriture 4

 

Jeudi 07 février à 20h 

 

Atelier-écriture de Bernard 

 

“L’étranger” 

 

à la

Maison des Associations  

15 passage Ramey, Paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

 

 

« La semaine précédant chaque scène ouverte poétique de notre association, Bernard Philippon est le chef d’Orchestre d’un atelier d’écriture sur le thème de la scène ouverte poétique qui aura donc lieu la semaine  suivant l’atelier d’écriture de Bernard. »

Est-ce clair ?

Non ?

Je reprends donc avec un exemple… 

Ainsi le thème de ce jeudi, à l’atelier d’écriture, est « l’étranger ». Et c’est également le thème de la scène ouverte poétique qui aura lieu le mercredi de la semaine prochaine.

Etrange, cette redondance ?

Non, car l’atelier d’écriture permet, à l’artiste en panne d’inspiration pour la scène ouverte dont le thème est toujours à l’identique de celui de l’atelier d’écriture, de pouvoir écrire un texte, par le biais d’exercices réjouissants concoctés par le chef d’orchestre, et de le déclamer sur la scène de la scène ouverte poétique qui a toujours lieu le mercredi suivant l’atelier d’écriture, je vous l’ai dit déjà trois fois !

Il y en a deux qui suivent au fond de la salle !

Pardon ?

Vous avez une question ?

 

-« Oui, excusez-moi mais que vient faire un orchestre dans cette histoire ? »

 

-« Personne n’a donc compris !

Je recommence :

La semaine précédant chaque scène ouverte poétique de notre association, Bernard Philippon… etc. »

 

 

atelier écriture 5

 

Les élèves de Bernard ont bien œuvré en janvier....

 

Exercice N°3 :

 

Utiliser des vocables propres à l’univers du cirque, les transformer en verbe ou autres substantifs…

 

Alors que la jolie danseuse fildeferisait,

Je clownais d’impatience pour cette jolie prestation,

Pendant que son compagnon trapézistait

Et éléphantait avec sensation 

Lorsque Bartabach écolisa avec les chevaux,

Et après que Toto alcoolisé fût interdit de circoler ;

Ce qui m’acrobatait bien pour antipoder.

Quand je serai grand, je jonglétiserai

 

Texte de Christian Lafont

 

 

Exercice n°5 :

 

Raconter le cirque d’un événement quotidien.

 

C’est le jour des soldes aux galeries

Et je suis venue avec mon mari

Il ne fait que se plaindre et ronchonner

Je décide alors de l’abandonner

Quel cirque !

 

Et je me rue sur les sous-vêtements

C’est une foire d’empoigne vraiment

On s’arrache les culottes et les strings

Au bout d’un quart d’heure, on entend « Dring !! »

Quel cirque !

 

Zut, c’est la fermeture et j’ai en main

Seulement un soutien gorge en satin

Je l’ai pris aux mains d’une grosse dame

Mais ce n’est pas ma taille. Dieu, quel drame !

Quel cirque !

 

Je rejoins mon mari sur le trottoir

Il a un air très effaré ce soir

A cause d’un slip qu’il a sur la tête

Et qui vraiment lui donne l’air bête

Quel cirque !

 

Texte écrit durant l’atelier d’écriture par

  May Duhameaux

 

 

 

bema

 

la complainte du p'tit noir, la jaquette 037

 

Jeudi 10 janvier à 20h 

 

Atelier-écriture de Bernard 

 

"Le cirque" 

 

à la

Maison des Associations  

15 passage Ramey, paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

 

 

 

-« Bonzour les p’tits n’écrivains !

  

 

Pourrait glousser notre Gustave de Bernard au stylo rouge car, pour son prochain numéro, c'est au thème du cirque qu’il s’affronte, lui et ses exercices aux étoiles de style !

 De la jonglerie de vers au dressage des acrostiches, de la haute voltige en encre sur papier vierge à la magie de l’inspiration en haut de forme, L’ami n’est pas un clown mais un virtuose, un homme orchestre qui veut s’amuser avec son public ébloui d’être aussi loyal à notre langue française…

 

Il montera son chapiteau à la maison des associations avec un spectacle  gratuit !!

 

 Et son atelier d’écriture ne passe qu’une fois ce mois-ci en notre bonne ville de Paris. !!!

 

Alors courez-y !!!

 

Ses fidèles seront, comme toujours, à ses cotés mais, qu’à cela ne tienne, si vous souhaitez participer, il vous suffira d’entrer sur la piste de son petit cirque !!!!

 

 

 

 

pc sécurité dsea 067 

 

Les élèves de Bernard ont bien oeuvré en décembre....

 

 

Bernard nous a proposé d'osciller entre le Père Noël

 et la fin du monde... (drôle de cadeau !)

 

1)                 Forme libre : écrire sa lettre au Père Noël

 

Mon petit Papa Noël chéri,

 

Pourrais-tu mettre dans ta hotte

Et déposer dans mes petits souliers

Non ! Pas de l'eau car mes chaussures sont trouées

Non ! Pas de pièces de coton pour réparer mon pantalon

Non ! Pas de caviar mon porte-monnaie n'y suffirait

Non ! Non ! Garde-moi des yeux pour y voir

                                       un nez pour sentir

                                       des oreilles pour entendre

                                       des bras pour enlacer

                                       ma tête pour voyager

Garde-moi des tas de choses, d'histoires à partager

Et n'oublie pas sème sur tout ton passage

Du soleil pour réjouir tous les coeurs.

Merci mon petit Papa Noël bonheur.

 

Texte de Christiane Jouan

 

 

2)                 Ecrire un acrostiche avec les lettres NOEL

 

Névés sur les sommets endormis

Ombres mouvantes, lassantes, éprouvantes

Etreinte au coeur de la nuit

Lumière enfin ! Te voici !

 

Texte d'Alice Crété

 

Nous voici, près de toi

Ouvre ton coeur empaillé

Et tu connaîtras enfin

La joie d'être aimé.

 

Texte de Michèle Lassiaz

 

3)                 Ecrire ses voeux à 1 ou plusieurs destinataires

 originaux, insolites (animal, poésie, folie...)

 

Que cette année nouvelle vous fasse réfléchir à la fraternité de tous les humains

Sortez de vos cavernes, vos grottes, vos catacombes

Nous sommes vivants aussi, et sans nous cloîtrer nous avons survécu ;

Egoïstes planqués, partagez les vivres, les cassettes, la vaisselle

Avant que vos provisions finissent à la poubelle.

Le vingt-et-un est passé, nous pouvons dormir sans que notre environnement ne soit qu'une tombe

Nous sommes le vingt-deux et c'est déjà demain.

 

Texte de Christian Lafont

 

Ma chère Terre,

 

Je te souhaite pour 2013 de belles rotations

Une vitesse constante, d'harmonieuses révolutions

Puisses-tu ne pas tourner de l'oeil à trop tourner en rond

Ne connaître ni haut, ni bas, ni faux rebonds ;

Je te souhaite d'éviter la route des astres blonds

Et de t'épanouir sur ton propre horizon.

Je souhaite que tu restes pour nous le doux cocon

Qui nous a vu éclore et devenir millions.

Nous sommes des ingrats, comme tous les rejetons

Alors bonne année à toi et... mille pardons !

 

Texte de Sabine Kahsay Habtemicael

 

 

Merci à Sabine pour avoir rassemblé tous ces magnifiques textes pour notre blog

 

pc sécurité dsea 079

 

bech

 

 

 

AtelierNovembre 015

 

Jeudi 13 décembre à 20h 

 

Atelier-écriture de Bernard 

 

Thème libre 

 

à la

Maison des Associations  

15 passage Ramey, paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

  

 

Notre ami Bernard va-t-il devenir sadique au cours de ce dernier atelier de l’année ? Le thème de la soirée étant libre, il pourra se laisser aller à tous les exercices littéraires, les plus difficiles et les plus sataniques... Alors, nous, pauvres élèves, tenterons de rédiger inspirés, sanglotant de sueurs et de larmes, des solutions sémantiques en réponse à sa folie jubilatoire. Toutefois, n’ayez crainte, futurs amis d’écriture, il ne fouette que très rarement ! Et c’est toujours dans la joie et la bonne humeur que l’atelier se déroule !

Vous ne me croyez pas ? Venez donc nous rejoindre dans la galère des mots et de la poésie ! L’océan de l’amitié inonde nos cœurs et nos imaginaires durant ces deux heures où nos rames deviennent stylos et où notre inspiration, sublimée par les exercices, s’étale sur des pages blanches qui pourraient être bleues.

 

 

AtelierNovembre 017 

Les élèves de Bernard ont bien oeuvré en novembre....

 

 

Exercice n°4

A partir des multiples photos proposées, dont le thème est les tropiques, faire un texte en vers ou en prose…

 

 

Je vous emmènerai sur mon joli bateau

Grimper sur mon volcan construit sur le partage

Qui éructe sa flamme abondante avec rage

Et recouvre de lave à l’infini les flots.

 

Il y aura aussi des palmiers et des huttes.

Autour d’un sable fin bordant le beau lagon

Ou nous nous baignerons au milieu des dragons

Déchaînés nous mordant comme de belles brutes

 

Là s’évaporeront en sublime essence

Mon corps entre les airs ainsi qu’au paradis

Là ou le silence a vu langage non dit

Comme au temps précédant nos divines naissances

 

Vous vous délecterez de sublimes visions

Ou l’esprit remué   en perd toute raison

 

Poème écrit en 10 minutes par

May Duhameaux 

 

 

Voici mon rêve fou totalement utopique

Un noël aux tropiques sur le mont Canigou

Non, ça se mange pas : les chiens lui font la nique

 

Folie sous les tropiques

Ils n’en font qu’à leur tête

Photos soleil et mer

Ne parlent pas des moustiques

 

Midi en plein cagne ou l’œuf cuit sans la poêle

Mais d’ombre il n’y a pas : les palmiers sont à poil

Vous avez réservé dans un lagon turquoise

Et ce que vos yeux croisent : marina bétonnée.

 

Poème écrit en 10 minutes par

Plume d’Encre (Ysia)

 

 

Exercice n°2

Construire un cadavre exquis en alexandrin, le premier vers débutant par « J’aime » et le second par « Qui »…

 

J’aime le chant créole, une douce musique

Qui me berce sans fin et chasse les moustiques

J’aime le bleu de la mer, ce bleu des mers du sud

Qui brille sous les palmiers ombres des latitudes

J’aime le ciel chargé de nuages changeants

Qui annonce l’orage et rafraîchit les gens

J’aime les flots turquoises balayant les grands rocs

Qui scintille au loin sous un soleil de choc

J’aime être dans le sable recouvert par la mer

Qui jamais ne s’arrête, ni feu rouge ni feu vert

J’aime le cocotier tout seul dans le lagon

Qui s’endort embrasé sous un soleil de plomb

J’aime quand tout s’arrête, flotte et vogue avec moi

Qui ressemble au silence mais en fait n’en est pas

J’aime le sable fin coulant entre mes doigts

Qui s’enlise et m’apporte une bien douce joie

J’aime l’instant d’après quand le soleil y va

Qui me brûle la peau et me fait rester là

J’aime le jonc qui s’éveille à l’ombre des grands atours

Qui reflète leurs instants dans la brume d’un jour

J’aime l’île enchantée sur des eaux bleu lavande

Qui paresse au soleil comme jonc sur la lande

J’aime ce grand désert, tout habité de vide

Qui fut jadis la mer ou sombra l’Atlantide

J’aime le sable tiède sous mes pieds fatigués

Qui permet d’aller nu à l’écaille des souliers

J’aime au loin le lagon, banane de sable

Qui protège en son sein bien des marines fables

J’aime le soir goûter après un jour torride

Qui fraîchit mon gosier  ‘ti punch t’as pas une ride’

J’aime la nonchalance de mes désirs troublants

Qui peuple mon cerveau de fantasmes violents

J’aime de la noix de coco toute fraîche

Qui éclaircit ma voix lorsque ma bouche est sèche

 

Mais on peut aussi tout mélanger

 

J’aime être dans le sable recouvert par la mer

Qui reflète leurs instants dans la brume d’un jour

J’aime le jonc qui s’éveille à l’ombre des grands atours

Qui jamais ne s’arrête, ni feu rouge ni feu vert

 J’aime le chant créole, une douce musique

Qui protège en son sein bien des marines fables

J’aime au loin le lagon, banane de sable

Qui me berce sans fin et chasse les moustiques

J’aime le sable tiède sous mes pieds fatigués

Qui paresse au soleil comme jonc sur la lande

J’aime l’île enchantée sur des eaux bleu lavande

Qui permet d’aller nu à l’écaille des souliers

J’aime le sable fin coulant entre mes doigts

Qui fut jadis la mer ou sombra l’Atlantide

J’aime ce grand désert, tout habité de vide

Qui s’enlise et m’apporte une bien douce joie

J’aime les flots turquoises balayant les grands rocs

Qui annonce l’orage et rafraîchit les gens

J’aime le ciel chargé de nuages changeants

Qui scintille au loin sous un soleil de choc

J’aime le soir goûter après un jour torride

Qui s’endort embrasé sous un soleil de plomb

J’aime le cocotier tout seul dans le lagon

Qui fraîchit mon gosier  ‘ti punch t’as pas une ride’

 

Etc…

 

AtelierNovembre 011

 

be

 

 

la complainte du p'tit noir, la jaquette 037 

 

Le Jeudi 11 octobre 2012 

 

Atelier-écriture de Bernard 

 

Thème: “La pluie”

 

à la

Maison des Associations  

15 passage Ramey, paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

 

Les marins marinent dans l' exercice littéraire tandis que le capitaine au long stylo, Philippon garde le cap. Que cherchent-ils dans l'océan des mots? Une baleine grise de poésie? L'Eldorado du plaisir? Le bonheur d'être ensemble sur le pont des vers et de la prose?

"Qu'importe, répond le jeune mousse ! L'été fut bien long, les vagues trop douces. Une plus forte houle et même les embruns vont me délier les doigts !"

Oui, tout va rentrer dans l'ordre dés le prochain mois d'octobre car l'atelier mensuel d'écriture de notre ami Bernard largue à nouveau les amarres et, ce, pour toute la saison. Un voyage vers l'enfer? Non, une balade entre amis....Venez nous rejoindre et vous sentirez, vous aussi, l'écume des mots sur vos visages réjouis !

 

 

Et pour cloturer cette réclame pour notre atelier d'écriture, voici quelques citations de personnes célèbres, offert par La Ruche des Arts. Je sais, nous sommes trés généreux...

 

 

 

Qu'il choisisse l'imaginaire ou que l'imaginaire le choisisse, c'est toujours contre le réel que l'écrivain travaille et de façon à l'oublier.

 

Yves Berger

 

L'art de l'écrivain consiste surtout à nous faire oublier qu'il emploie des mots.

 

Henri Bergson

 

Ce n'est pas pour devenir écrivain qu'on écrit. C'est pour rejoindre en silence cet amour qui manque à tout amour.

 

Christian Bobin

 

Ecrire des vers à vingt ans, c'est avoir vingt ans. En écrire à quarante, c'est être poète.

 

Francis Carco

 

Ecrire est un acte d'amour. S'il ne l'est pas il n'est qu'écriture.

 

Jean Cocteau

Il vaut mieux écrire de grandes choses que d’en exécuter de petites.

 

Denis Diderot

Ecrire, c'est aussi ne pas parler. C'est se taire. C'est hurler sans bruit.

 

Marguerite Duras

 

Pour bien écrire, il faut une facilité naturelle et une difficulté acquise.

 

Joseph Joubert

 

La musique a sept lettres, l'écriture a vingt-cinq notes.

 

Joseph Joubert

 

 

Photo-008-copie-1.jpg 

 

Le Jeudi 15 octobre 2012 

 

Atelier-écriture de Bernard 

 

Thème: “la pluie”

 

à la

Maison des Associations  

15 passage Ramey, paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

   

  Photo-009-copie-1.jpg

 

 

Les élèves de Bernard ont bien oeuvré en octobre....

Une dizaine d'élèves ont participé à l'atelier d'octobre dont le thème était la pluie. Nous nous sommes amusés avec cinq types d'exercices proposés par notre ami Bernard. Voici les travaux stylistiques d'Alain, Michèle, Marièva, Christian, Christiane et Sabine. Vous découvrirez le merveilleux acrostiche d'Alain, quatre textes découlant du même exrecice et, enfin, le dernier exercice de la soirée...

 

 

Exercice n°1:

Créer un acrostiche à partir du mot pluie, dont la thèmatique est la pluie

 

 

  

 

Providence du ciel

Louange pour les semailles

Unit ciel et rivière en un vaste torrent

Interroge la grenouille et l’escargot tout bleu

Equation de nuage averse pour soleils gris.

 

C’est la pluie !

 

 Texte d'Alain Pizerra

 

 

Exercice n°3

La pluie possède cette douce chanson du plic ploc...

A partir de rîmes en "ic" et en "oc", créer un texte à la musicalité d'une pluie...

 

 

Si je prends un bic

Avec sa pointe en toc

Pour décrire l’acoustique

De la pluie qui fait floc

Je vois qu’il y a un hic

Et ça me fait un choc

D’écrire tout en bloc

Caché sous un pébroque

Même si ça fait chic

Tiens paraît que j’ai un tic

Mais non plutôt un toc

Comme je suis allergique

En voilà tout un stock

Et ces drôles de mimiques

Me rendent un peu sinoque

Mais rien de tragique

Car je suis loufoque

Rien qu’avec un déclic

Ou un électrochoc

Ça redevient magique

Et la pluie refait floc.

 

texte de Christian Lafont

 

Mon alambic, plein d’arsenic, chic, chauffé à bloc, comme un vieux phoque, ploc, aux alcooliques verse toxique, pic, un rempli boc, très univoque, hoc, d’alcool toxique, énergétique, sic ,un gars loufoque, à la défroque, loque, un allergique, un amnésique, chic, bientôt se moque de mon pébroque, toc, et ironique, le lunatique, flic, ton soliloque dans un colloque, choc,la sémantique trop théorique, pique, trop équivoque à notre époque, choc,machiavélique la thématique, hic hoc, est trop sinoque trop équivoque, hoc hic, moi angélique, j’lui fais la nique, pic, j’pars au cinoque chez les chintoques, ploc, la pluie tonique coule magique, chic, électrochoc d’éclairs loufoques, floc, tombant à pic, dans des tragiques  plic. Ploc. Plic.

 

Texte de Marièva Sol

 

Plic, ploc, plic, ploc,

Symphonique

Ou baroque

C'est la musique

Du pébroque

 

Plic, ploc :

C'est chic,

C'est choc.

Pas de hic,

Pas de toc.

Plic, ploc,

C'est énergique

C'est mastoc

Initiatique,

Un peu loufoque

Léthargique

- mieux qu'un médoc !

Ecléctique ?

On s'en moque !

Plic et ploc

C'est la musique

Du pébroque !

 

Texte de Sabine Besset

 

 

C’est la pluie tonique qui fait tic. C’est la pluie sous les pébroques tout d’un bloc qui fait floc toc comme un électrochoc qui me défroque. C’est la chanson impudique équivoque un entrechoc qui sonne roc en soliloque. C’est le refrain sans fin d’une époque électrochoc qui fait dans son froc. Et toque. Elle est baroque anecdotique mais ironique souvent lunatique mais magique quelquefois lyrique jamais logique un brin laconique sans fin en italique toujours anarchique. Cela se termine en colloque. Choc.

 

Texte de Michèle Lassiaz

 

 

Exrecice n°5

Un oiseau et une fleur échangent une conversation autour de la pluie.

Que peuvent-ils bien se raconter?

 

 

Petit oiseau, toi qui est si joli

Peux-tu me protéger de la pluie

Héberges moi sous tes ailes

Que je trouve si belles

Parées de couleurs emmêlées

Empourprées, si finement taillées !

 

Mais tu peux choisir un parapluie

Que je t’offre bien volontiers

Viens sous mes pétales dorées

Nous allons nous entraider

L’un contre l’autre nous serrer

Nous enlacer et chanter.

 

Toute la pluie tombe sur nous

Et je me dis…

 

Texte de Christiane Jouan

  

  

bech

  

 

 

 

 

bedi

Photo-008-copie-1.jpg 

 

Le Jeudi 15 octobre 2012 

 

Atelier-écriture de Bernard 

 

Thème: “la pluie”

 

à la

Maison des Associations  

15 passage Ramey, paris 18

Métro: Marcadet poissonniers

   

  Photo-009-copie-1.jpg

 

 

Les élèves de Bernard ont bien oeuvré en octobre....

Une dizaine d'élèves ont participé à l'atelier d'octobre dont le thème était la pluie. Nous nous sommes amusés avec cinq types d'exercices proposés par notre ami Bernard. Voici les travaux stylistiques d'Alain, Michèle, Marièva, Christian, Christiane et Sabine. Vous découvrirez le merveilleux acrostiche d'Alain, quatre textes découlant du même exrecice et, enfin, le dernier exercice de la soirée...

 

 

Exercice n°1:

Créer un acrostiche à partir du mot pluie, dont la thèmatique est la pluie

 

 

  

 

Providence du ciel

Louange pour les semailles

Unit ciel et rivière en un vaste torrent

Interroge la grenouille et l’escargot tout bleu

Equation de nuage averse pour soleils gris.

 

C’est la pluie !

 

 Texte d'Alain Pizerra

 

 

Exercice n°3

La pluie possède cette douce chanson du plic ploc...

A partir de rîmes en "ic" et en "oc", créer un texte à la musicalité d'une pluie...

 

 

Si je prends un bic

Avec sa pointe en toc

Pour décrire l’acoustique

De la pluie qui fait floc

Je vois qu’il y a un hic

Et ça me fait un choc

D’écrire tout en bloc

Caché sous un pébroque

Même si ça fait chic

Tiens paraît que j’ai un tic

Mais non plutôt un toc

Comme je suis allergique

En voilà tout un stock

Et ces drôles de mimiques

Me rendent un peu sinoque

Mais rien de tragique

Car je suis loufoque

Rien qu’avec un déclic

Ou un électrochoc

Ça redevient magique

Et la pluie refait floc.

 

texte de Christian Lafont

 

Mon alambic, plein d’arsenic, chic, chauffé à bloc, comme un vieux phoque, ploc, aux alcooliques verse toxique, pic, un rempli boc, très univoque, hoc, d’alcool toxique, énergétique, sic ,un gars loufoque, à la défroque, loque, un allergique, un amnésique, chic, bientôt se moque de mon pébroque, toc, et ironique, le lunatique, flic, ton soliloque dans un colloque, choc,la sémantique trop théorique, pique, trop équivoque à notre époque, choc,machiavélique la thématique, hic hoc, est trop sinoque trop équivoque, hoc hic, moi angélique, j’lui fais la nique, pic, j’pars au cinoque chez les chintoques, ploc, la pluie tonique coule magique, chic, électrochoc d’éclairs loufoques, floc, tombant à pic, dans des tragiques  plic. Ploc. Plic.

 

Texte de Marièva Sol

 

Plic, ploc, plic, ploc,

Symphonique

Ou baroque

C'est la musique

Du pébroque

 

Plic, ploc :

C'est chic,

C'est choc.

Pas de hic,

Pas de toc.

Plic, ploc,

C'est énergique

C'est mastoc

Initiatique,

Un peu loufoque

Léthargique

- mieux qu'un médoc !

Ecléctique ?

On s'en moque !

Plic et ploc

C'est la musique

Du pébroque !

 

Texte de Sabine Besset

 

 

C’est la pluie tonique qui fait tic. C’est la pluie sous les pébroques tout d’un bloc qui fait floc toc comme un électrochoc qui me défroque. C’est la chanson impudique équivoque un entrechoc qui sonne roc en soliloque. C’est le refrain sans fin d’une époque électrochoc qui fait dans son froc. Et toque. Elle est baroque anecdotique mais ironique souvent lunatique mais magique quelquefois lyrique jamais logique un brin laconique sans fin en italique toujours anarchique. Cela se termine en colloque. Choc.

 

Texte de Michèle Lassiaz

 

 

Exrecice n°5

Un oiseau et une fleur échangent une conversation autour de la pluie.

Que peuvent-ils bien se raconter?

 

 

Petit oiseau, toi qui est si joli

Peux-tu me protéger de la pluie

Héberges moi sous tes ailes

Que je trouve si belles

Parées de couleurs emmêlées

Empourprées, si finement taillées !

 

Mais tu peux choisir un parapluie

Que je t’offre bien volontiers

Viens sous mes pétales dorées

Nous allons nous entraider

L’un contre l’autre nous serrer

Nous enlacer et chanter.

 

Toute la pluie tombe sur nous

Et je me dis…

 

Texte de Christiane Jouan

  

  

bech

  

la-complainte-du-p-tit-noir--la-jaquette-042.jpg

 

 

Jeudi 07 juin 2012

 

Atelier-écriture de Bernard 

 

Thème: “Une nouvelle vie...”

 

à la

Maison des Associations

 

  

 

En cette dernière session de l'atelier-écriture 2011/2012, Bernard vous attend dans les locaux de la Maison des associations pour s'amuser avec les mots, se réjouir en exercices de style, se divertir en alexandrins, se dérider entre amis. Venez, donc, nous rejoindre en cet ultime rendez-vous de la saison!!! 

 

 

la-complainte-du-p-tit-noir--la-jaquette-038.jpg

 

Voici quelques exercices effectués par l'assemblée des poètes en herbe présents lors de la scéance précédent et dont le thème était:  "14h52, un dimanche".
 
  
Textes de Sabine Besset:
 
Exercice 1/ contrainte : mots en 1, 2, 4 ou 5 lettres :
 
Ah ça alors ! Plus de pile ! L'arrêt du temps dure, et dure... La peur me prend : quand donc tout sera comme avant ? Ou comme après ? Mais s'il n'y a plus d'après ? Je vais faire quoi ? Figée à ce jour, à cette heure ? 
Mais quand j'y pense... ça peut être sympa... Déjà : plus de lundi ! plus de nuit, juste le grand jour, le repos... mais aussi plus de fêtes le jeudi soir entre amis, plus de petit matin, plus de vers sur l'aube rose et rouge...
Il me faut le temps pour vivre, pour rimer et pour aimer...
 
  
Exercice 2/ déstructurer un texte :
 
Ordonné :
  
Quatorze heures cinquante-deux, un dimanche : c'est le thème
Notre pensée s'envole et nage dans le ciel
On écrit et on compte au-delà du réel
Nous aimons le défi et le défi nous aime !
 
Désordonné :
 
Cinquante, notre heure s'envole, et un défi : le thème
Deux, nous aimons et "du et les" nous aime
Le défi on écrit au-delà, dans le ciel
Quatorze pensées on compte, dimanche nage, c'est réel !
 
 
la-complainte-du-p-tit-noir--la-jaquette-040.jpg
 

          

          

Textes d'Oguène:
 
 
Exercice 2/ déstructurer un texte :
 
Ordonné :

 

 

 

          14h52  un dimanche
           le temps, le temps file

           et toi, tu te défiles

           tes fils cousus

           tes fils décousus

           filent et se défilent

           le chas de l'aiguille

           te renfile ton fil

           file donc

           au fil de mes pensées

           qui défilent

           rembobinez!

 

 

Désordonné :

 

           

 

Le chas te défile

           te renfile l'aiguille

           le temps ton fil

           te refile

           au fil

           et toi

           tes fils cousus

           et tes fils décousus

          rembobinez donc

           mes pensées

           file le temps

           qui se défile
           14h 52 un dimanche

 

"Oguène"  (D.R.-2012)

 

la-complainte-du-p-tit-noir--la-jaquette-037.jpg 

 

Texte de Françoise Pujol:
 
Exercice 3/ Texte en prose sur un fait vécu un dimanche à 14h52:
 
  
"- il est 14h52 ? et une panne de courant a plongé mon pays dans une obscurité totale ?
alors je suis au moins en hiver et au moins au nord nord de l Europe, 
là où il fait quasiment nuit 6 mois de  l'année.
il fait noir ? noir tout noir ?
ça tombe bien ma stratte polaire commençait à me démanger !
même pas froid même pas peur !
cette soudaine situation
 va juste me faire rejoindre mes frères non-voyants,
pour danser avec eux et leurs rires moqueurs !
oh mais j' ai oublié Belzébuth à la cave ?!
tant pis il attendra j' ai pu d'bougies !
réveillée comme un violon boudeur,
chui pas d' humeur à secourir un chat !
l' heure a changé alors ?
parce que quand on voit plus, 
le temps passe plus lentement;
il va me falloir accorder autrement 
les cables de mes hémisphères
transis par ce choc imprévu.
voyons voyons sur quel programme 
vais- je me brancher ? :
"Noir en Silence " ?
" Noir en Vacances " ?
" Noir en Cadence " ?
" Noir en Ambulance " ?
Quelle Importance ?!
la Lumière est Intérieure !
On ne Voit bien qu' avec le Coeur ! "
by Françoise Pujol.
 
la-complainte-du-p-tit-noir--la-jaquette-035.jpg

 

 

bemomo

 

c9w7g51s

 

Jeudi 03 mai 2012

 

Atelier-écriture de Bernard 

 

Thème: “14h52, un dimanche...”

 

à la

Maison des Associations

15, passage Ramey

Paris, 18

Métro : Jules Joffrin

Marcadet-Poissonniers

 

Il vous suffit d’une plume et d’un carnet à spirale, ici, pour venir passer du bon temps...

Bernard vous convie, comme de coutume, à vous amuser en exercices d’esprit et de poésie; à vous libérer de prose et de vers; à vous divertir avec les copains qui, sourire aux lèvres, planchent, tout comme vous, avec délectation, sur l’alexandrin et le quatrain...

Puis, si votre création vous plaît alors vous pourrez la déclamer en scène ouverte poétique, celle qui a toujours lieu la semaine suivant l’atelier d’écriture de Bernard.

 

Vous ne nous croyez pas ?

 

Eh bien Ludovic Coulon, lui, a osé...
Et d’ailleurs voici son texte...

 

pc sécurité dsea 078 

 

 

“Derrière le rideau, il y a un membre de “La Ruche des Arts” qui s’échauffe les membres transpirants et tremblotants. Il respire, souffle et tremble de poésie. Il a travaillé son texte lors de l’atelier d’écriture.

 

Il boxe le rideau, reçoit un coup de fil des autres membres de “La Ruche des Arts” pour le motiver. Il a face à lui un rideau rouge qu’il utilise pour éponger sa sueur d’artiste. C’est un artiste de “La Ruche des Arts”, donc il a du talent. Il boxe son rideau rouge comme un punching-ball artistique.

 

Il est pudiquement caché par le rideau qui enveloppe comme un suaire ses émotions. Le rideau commence à s’animer. Il demande à l’artiste de la Ruche si tout va bien. Il lui montre par un petit bout trois, quatre têtes du public. Il y a du monde lui dit-il.

 

L’artiste de la Ruche transpire. Alors, avec tendresse, le rideau éponge l’artiste en sueur. Le rideau s’ébroue et fait du vent pour donner un peu d’air à l’artiste tel un boxeur dans son coin. L’artiste donne un petit billet au rideau pour le remercier de sa contribution. Celui-ci, pour le remercier, lui indique qu’il reste  à côté de lui prêt à lui souffler son texte.

 

« Moi aussi, je suis un artiste… » lui dit le rideau ”

 

Texte de Ludovic Coulon

 

 

 

bechmoalsy

 

 

 

 

 

 

Jeudi 15 mars 2012

 

Atelier-écriture de Bernard 

 

Thème “enfances”

 

à la

Maison des Associations

15, passage Ramey

Paris, 18

Métro: Jules Joffrin

Marcadet-poissoniers

 

Arrive bientôt le 17 mars, jour merveilleux de notre Printemps des Poètes dont le thème sera “Enfances”et qu’entends-je, qu'ouïs-je ?... Vous n’avez toujours pas de texte à déclamer à la Maison des Associations ?... Restons serein et cessons de couiner, il vous reste un dernier recours : nous rejoindre en la studieuse classe de Bernard. Après quelques-uns des tours dont il a le secret, votre énergie va déborder, votre inspiration va jaillir sur la page blanche, oui, vous serez fin prêt pour notre rendez-vous du 17; ô 17, jour merveilleusement prochain autant que prochainement merveilleux !   

 

 pc-securite-dsea-078.jpg 

 

 

  Le mois dernier, l'atelier d'écriture était sur le thème du “Regard”. Nous vous présentons aujourd’hui le fruit du travail "bernardesque" de cinq participants...
à lire sans modération!

 

 

Exercice 1:

Faire apparaître un maximum de fois les mots
“oeil, yeux, regard”.

 

S’il s’agit d’écrire à l’œil un texte qui me fait cligner des yeux en conservant mon regard intérieur… mon œil ! Car même si une douzaine d’yeux me dévisagent et si l’animateur m’a à l’œil, je saurai garder les yeux ouverts, sans voir toutefois, car je préfère les yeux de biche à un œil au beurre noir.

Il importe d’observer un certain regard si au travers d’un œil de bœuf quelqu’un t’observe avec un regard noir ; de toute façon sur cet exercice –photo de groupe envisagée- je saurai graphiquement supprimer les yeux rouges, mais ne saurais abuser d’un autre regard (d’égout), réservé à Benoît (l’égoutier) dans l’expression de son regard. Et, à l’instant, il arrive. Quel clin d’œil ! Ou quelle coïncidence !

Texte de Christian

 

 

pc-securite-dsea-066.jpg

 

Exercice 2

Au travers d’acrostiches doubles et croisées avec les mots “regard et miroir”,
créer des poèmes sur le thème du regard

 

 

Regard de toi, de feu, de flamMe

          Voit Encore mieux ce quI m’enflamme

    Me fait ravir, GraviR, grandir mon âme

     Et même Oublier l’Aura de femme

Car icI-bas faut resteR calme

 Revoir la vie d’un autre regarD 

Texte d’Ysia

 

  Retour d’une image sans parfuM

                Esquisse d’un instant tombé dans l’oublI

 Grave reflet que crois-tu voiR?

            Abandonne ! Car dans ma tête un vélO

Reprend sans cesse et à l’infinI

               Des histoires qu’un miroir ne peut voiR.

 

Texte d’Alice

 

Regarde ta mort prochaine, noir requieM

Homme Emporté vers cet infinI permanent

Achèvement du Grandissime amouR qui aime

Terrible voyage, Odieux galA du néant

Cruelle Illusion vivre pour mouriR, effroi !

Regards croisés, miroir brisé, cadavre froiD.

 

Texte de Bernard

 

Exercice 3

Faire un quatrain sur le thème du regard

 

 

Au détour d’un regard, je suis la vérité

Comme une goutte d’eau contient toute la mer

Un instant d’innocence et d’immobilité

Contient l’éternité, le bleu de l’univers

 

Texte d’Alain

 

pc-securite-dsea-070.jpg 

 

 

 

 

 besydimo

 

 

 

 

la-complainte-du-p-tit-noir--la-jaquette-021.jpg

 

 

Jeudi 05 Janvier 2011

 

Atelier d'écriture de Bernard 

 

Thème "La rue"

 

   

 

Bernard Philippon est heureux de vous accueillir à la MDA pour vous initier à des exercices aussi créatifs que ludiques. Comme vous le savez sans doute, l’atelier d'écriture utilise, en amont, le thème choisi pour notre Scène Ouverte Poétique; ceci évidemment afin d’établir une passerelle entre l’ “écrit” et l’ “oral”, autrement dit entre la MDA et le Bab’ilo.

Voudrez-vous, vous aussi, comme les participants qui l’entourent sur la photo ci-jointe, vous engager sur cette voie ? ...

 

Assurément, nous jouerons avec les mots au cours de cette prochaine soirée de janvier sur le thème de la Rue; et toujours entre amis, car rien n’est plus stimulant que d’écrire au sein d’un groupe chaleureux.

Tenez ! Lors de l’atelier d’écriture de novembre dont le thème était la mélancolie, Bernard, après moult exercices, nous proposa d’écrire librement un texte sur “Mes lents colis”. Nous devions écrire vite et bien, guidés par la seule inspiration du moment.

Vint le tour de Marièva Sol qui, ayant lu son texte, en pleura de rire. Nous nous mîmes avec elle à rire à gorge déployée. C’est ainsi qu'en cette soirée dite de... mélancolie, nous passâmes une soirée très gaie... L’histoire ne s'arrête pas là puisque, enhardie par cette première victoire, elle conta à nouveau son récit, quelques jours plus tard, sur la scène du Bab’ilo, recueillant, cette fois auprès d’un large auditoire, le même franc succès.

Croyez en notre expérience, l’atelier de Bernard, pour peu qu’on s’y essaye, ouvre les portes de la réussite.

 

   

Les zygomatiques encore exacerbés je vous livre à présent le texte de Marieva :

    

 

  Mes lents colis

 

-“Ah c’est pas vrai”, dit ma mère, “je n'ai pas reçu les chaussettes en laine des Pyrénées que j’ai commandées chez Damart. Et la saison hivernale s’avance avec mes lents colis !

 

-Mais maman tu n’as pas besoin d'être triste, sors de ta mélancolie. Ce n’est pas si grave.

 

-Comment ce n’est pas si grave. J’en ai assez de mes lents colis, c’est le sixième depuis trois mois. Je devais recevoir un bonnet péruvien avec des grelots que je destinais à Jean pour son anniversaire et il est arrivé quinze jours après la fête. Ah ! Mes lents colis, mes lents colis !

 

-Pauvre maman, cela t’affecte beaucoup. Mais tu vois je crois que si Jean avait reçu son cadeau c’est là que lui aurait été mélancolique, parce que quand même des grelots à cinquante-deux ans !

 

-Mais qu’est-ce qui te prend avec ta mélancolie. Je te parle moi de mes lents colis, pas de mélancolie !

 

-Eh bien oui, j’ai compris maman, tu es triste d’avoir raté ton cadeau, mais je t’assure que ce n’est pas la peine de t’en faire pour cela. La mélancolie, tu sais, c’est pour des choses plus graves.

 

-Mais je te parle de mes lents colis de chez Damart !

 

-Quoi, tu achètes de la mélancolie chez Damart ? C’est en quoi, c’est en pilules ? C’est de la tisane qui rend triste ?

 

-Quoi Irène tu deviens folle ? Tu rigoles ? Pourquoi je prendrais de la tisane pour être triste ? Tu crois que je suis folle ?

 

-Eh bien maman, pas vraiment folle, mais, enfin, un peu fatiguée. Et puis tu sais il ne faut pas te droguer quand même. C’est quoi ces pilules ?

 

-Pilules ! Pilules ! je te parle de colis, Irène.

 

-Colis ? Quel colis ? De quoi on parle ?

 

-Eh bien de mes colis lents.

 

-Mécolilan, c’est quoi mécolilan. Tu fais de la prose comme Monsieur Jourdain ?

 

-C’est qui ce Monsieur Jourdain, c’est le facteur ? Qu’est-ce qu’il a fait de mes colis ce Monsieur Jourdain, je vais aller le trouver ce Monsieur Jourdain. Il va voir !

 

-Mais non, maman, Monsieur Jourdain c’est un personnage de Molière !

 

-C’est qui ce Molière, c’est l'autre préposé au bureau de poste, le gros là avec des moustaches ?

 

-Mais non maman, Molière est mort !

 

-Ah il est mort ! On emploie des morts maintenant à la poste ? Cela ne m’étonne pas que les colis mettent si longtemps à arriver !

 

Texte de Marièva Sol

 

 

                                                                                         Mabedisy