MILLE ET UN SILENCES pour traverser le temps de Serge CARBONNEL

 

  77%20rue%20Lamarck%2075018%20L'%E9ternel%20retour%20004

 

mercredi 29 janvier,

 à 19h30

 

 

 

Serge Carbonnel

 

 dédidace

 

 " Mille et un silences

pour traverser le temps"

 

 à la librairie 

L’Eternel retour

77 rue Lamarck

Paris 18ème

Métro : Lamarck-Caulaincourt  

 

La cas a poet - Serge CARBONNEL 0012

 

 

Notre ami Serge Carbonnel est un passionné des mots; la poésie est
l’une de ses raisons d’exister. Il nous le prouve chaque mois lors de
nos scènes ouvertes, alors qu’il monte sur les planches et, de par
sa voix grave et méridionale, nous enchante de textes sublimes.
Serge Carbonnel écrit le beau et le profond; nous laisse à la
réflexion légitime; nous apporte de la résonance et de l’écho…

 

Serge Carbonnel est un philosophe qui, à la vie, fait des pieds de nez
en alexandrin ou en simple vers. Notre ami Serge est aussi un
homme simple, souriant et drôle. Sa texture vocale est d’une grande
maîtrise. Et nous aimons quand notre grand serge, à nous, chante
le grand Jacques, à eux : celui du plat pays…

 

Là encore, le bonheur est palpable lorsque nous l’écoutons chanter…

 

Serge Carbonnel nous fait l’insigne honneur de publier son nouveau
recueil dans notre collection. Et comme toujours nous allons fêter
avec l’auteur, dans les murs de la librairie « L’éternel retour »,
cette nouvelle parution. Ce sera la quatorzième du notre Cercle.

 

Venons nombreux pour écouter les textes de Serge Carbonnel
par ceux et celles qui souhaiterons déclamer sa poésie en
l’honneur du poète présent. Puis, nous écouterons aussi
les propos de l’auteur sur la genèse de certains textes,
la substantifique moelle de ses inspirations.

 

Enfin, nous clôturerons cette merveilleuse soirée par le pot
de l’amitié, source de joie et de belles conversations !

 

 

be

 

 

Horloge 3 Serge

  

 

Extraits de

Mille et un silences pour traverser le temps 

 

de  Serge Carbonnel

 

  

Voici  trois poèmes 

 du recueil de Serge Carbonnel
illustré d’éternité par l’auteur.

 

Horloge 1 serge

 

Art poétique ?

 

Un poème me tente

aujourd’hui je ne sais ce que mes maux vont dire

 

Quand j’écris le poème

à peine si je sais ce que mes mots vont dire

 

L’homme que je ne suis pas

ne voudrait pas mourir dans l’homme que je suis

je voudrais que mes mots puissent le réveiller

 

Lorsque j’écris soleil il faut que le soleil

enfin se lève en moi

 

Un poème me tente

il m’est un appel vague comme besoin de vivre

 

Quand j’écris le poème

je crois que l’on y voit les maux qu’il me faut vivre

 

et l’homme que je suis

ne voudrait pas mourir dans celui qui n’est pas

je sais bien que mes mots me sont déchirements

 

quand j’écris le mot monde

c’est pour le transformer

 

Un poème me tente

Il m’est désir soudain de l’avenir des maux

 

Quand j’écris le poème

je ne sais vraiment rien de l’avenir des mots

 

mais l’homme que je suis affirme

qu’il vous parle à travers sa durée

je voudrais que mes mots puissent alors nous lier

 

et quand j’écris révolte

il faut que la révolte enfin se lève en nous

 

LE POEME ME TENTE
C’EST LA MA SOLITUDE

 

Quand j’écris le mot pain

il n’y a pas de pain sur la table au chômeur

 

Un  silence violent creuse dans mes douleurs

 

Horloge 1 serge

 

 

Le voyage des mots ?

 

Sait-on où mène le voyage des mots ?

 

Horloge 1 sergeVers quels lieux de la pensée ou de la sensibilité ?

Car les mots bousculent les noms eux-mêmes

Et évoquent les lieux vers lesquels les rêves s’élancent.

 

El les rêves n’ont pas besoin de mots pour exister,

ni de silence pour mourir,

ni de bruits

pour sourire aux quatre vents des sables.

 

Ils n’ont besoin que d’être chair.

 

 

 

 

 

 

Le cri ouvre la bouche

 

 

Le cri ouvre la bouche

et reste inaudible

en explosion d’étoile

 

Le cri parcourt les veines

bouillant tumultueux

en chutes d’eau secrètes

 

Le cri chauffe la tête

ébouillante les sens

et lance la rupture

 

Le cri n’est plus qu’un cri

un adieu à l’humain

 

le cri n’est plus un cri

 

le cri est une absence

 

Horloge 3 Serge

 

Là-bas

 

Avant de boire l’eau

l’homme plein de silenceHorloge 3 Serge

capture les photons

provenant du soleil

il les met dans son corps

recrache sa lumière

comme un torrent d’amour

au cœur de l’univers

et regardant le ciel

il se gratte la tête

en souriant de joie

aux étoiles cachées

en se disant tout bas

que cette eau dans cette gorge

coule peut-être aussi

dans un frère lointain

 

 

 

 

Couv Serge Carbonnel-RectoBlog

 

serbema

 

 

 

Horloge 1 serge

 

 

Couv Serge Carbonnel-RectoBlog

 

 

“ Mille et un silences

 

pour traverser

 

le temps ”

 

 

de  Serge Carbonnel  

 

 

« Mille et un silences pour traverser le temps»
est le quatorzième recueil de notre collection

« Le cercle des poètes du 18ème »

  

 

Les aiguilles des heures percent la peau des rêves… Est-ce pourquoi, ici, les pendules n’en ont pas ou bien parce qu’il n’y a plus de temps, qu’il descend de l’avenir vers le présent ou encore que l’au-delà métaphysique coïncide avec les cieux, aller-retour en arrière ?
                                         Qui le dira ?

 

Mais si le Temps est immobile, c’est nous qui passons, emportant nos passions, notre destin…

 

Serge Carbonnel a la « religion » du mot, religion du verbe incarné et inscrit dans le grand mouvement de l’univers : « et mon regard s’en va de l’étoile au fleuve, du fleuve au monument éternel, à l’éternel du temps ».

 

Pourtant, ce beau recueil se conclue ainsi : « l’homme qui crie le plus est celui qui se tait. »Le silence est bien alors cette force, cette douceur, et aussi cette douleur de l’âme, lorsque - comme dans ce poème – il est cri-blanc, cri-larmes, cri inverse. Mot à jamais mystérieux car jamais dit.

 

Mais Serge Carbonnel construit l’espace avec des mots. Qu’importe alors, que dans tel ou tel poème, mort et vie soient confondues, puisque c’est dans l’azur, la lumière. Lumière spirituelle où l’heure se transforme, où enfin tout se rejoint. Espace-temps, espace intérieur aussi. Le réveil y signifierait le paradis.

 

Alors ces « Mille et un silences pour traverser le temps » - titre à la fois initiatique et invérifiable – crient. Non comme l’adolescent de naguère, indiscipliné et lecteur assidu de Rousseau, mais pour sonner sous la voûte étoilée, de la voix forte du poète. Poète au « je » discret bien qu’affirmé, redevenu enfant pourtant, pour être enfin entendu et aimé des siens. Chanter dans la clarté en touches d’aquarelle et tonner aussi afin d’extraire la substance des mots, leur chair, leur lumière. Mots débarrassés de leur “écorce”, revisités, mis à vif lors de chaque lecture de Serge Carbonnel en public. S’élever enfin, dans l’espace mouvant d’un imperceptible au-delà ? Plutôt entrer dans la réalité supérieure que le poète perçoit au-delà du doute exprimé : « Crier au vide silencieux dans l’univers entier ».


Avant propos d’Alain Pizerra

 

Le 10 octobre 2013 à 19 h. 40’ !
 

 

 

La cas a poet - Serge CARBONNEL 0012

 

Pour se procurer “ Mille et un silences” :

laruchedesarts@hotmail.fr

 

Sebe

 

 

 

  Serge0824

 

 

Le mercredi 29 janvier 2014

 

 

 

Serge Carbonnel

 

 

 a  dédidacé

  

 

" Mille et un silences

pour traverser le temps"

 

 à la librairie 

L’Eternel retour

 

 

Serge0825 

 

 

 

Marie, notre charmante hôtesse de la librairie “ L’Éternel Retour ”, vient de transformer l’espace avec délicatesse ; nous sommes installés, impatients de goûter les textes de Serge Carbonnel. Il est 19h30, et nous patientons encore… Serge attend, avec un brin de tension, l’arrivée d’un invité de marque : Guillaume Hasson, directeur des Théâtrales Charles Dullin, auteur de la préface remarquable qui ouvre le recueil de notre poète.

 

 

Serge0852

Serge Carbonnel et Guillaume Hasson 

 

 

Son arrivée fait souffler un vent d’enthousiasme, et nous commençons. Une présentation à trois voix (Michèle Lassiaz, Alain Pizerra et Guillaume Hasson), nous fait pénétrer dans l’univers de Serge. Leurs mots, auxquels s’ajoutent ceux de Serge, sont tout de suite chargés d’un sens si profond qu’il nous rend volubiles. « Mille et un silence pour traverser le temps », titre de son recueil, nous interpelle, les questions fusent, certaines réponses nous épatent. Ainsi, l’explication des horloges sans aiguilles sur la couverture du livre : c’est la définition stupéfiante de “ l’éternité ” par un enfant de dix ans, un souvenir précis et immensément précieux pour notre auteur. 

  

 

Serge0835

 Serge Carbonnel et Michèle Lassiaz

 

Les recueils courent maintenant de main en main, chacun s’appliquant à délivrer le contenu des textes avec tout son ressenti et son phrasé. Serge, à son tour, comme un souffle, nous emporte de sa voix chaude et méridionale. Son mistral de mots soulève les débats : l’enfance, le silence, l’appartenance au monde, l’esprit et la spiritualité, le livre et la lecture, l’image et le spectacle… On échange et on disserte. À la fin du poème « Chercher un souvenir », il s’enflamme et s’étonne que peu de nous connaissent Tony Poncet, grand chanteur d’opéra. Puis il parle de son fils qui le regarde, admiratif.

 

 

 serge0885Alain Pizerra
 

Et les lectures reprennent ici, puis là. Les débats s’animent. Le flux de nos multiples pensées, comme un ressac, nous ramène aux écrits de l’auteur. Tout d’un coup, la houle lui fait prendre la mer : il se lève, ouvre avec gravité son recueil, et nous clame « Psaume 152 ». À sa respiration forte et mesurée, qui rythme sa lecture, répondent nos silences… C’est beau ! Les applaudissements sont nourris !

 

 

Serge0894

 

 

 

Nous avons traversé le temps, nous l’avons remonté aussi, comme dans ton livre, Serge ! Guillaume Hasson s’est enthousiasmé de ce que la Poésie et la Parole nous rassemblent en des lieux si chers à la lecture. Puissions-nous poursuivre ce chemin et ces dédicaces longtemps encore !

 

Mnémosyme d’Alain Briantais

photos de Christian Lafont

 

  

 Serge0929

  

Pour se procurer “ Mille et un silences” :

laruchedesarts@hotmail.fr

 

 

 

aldimobech