ANEFRANCE

Flyer Anefrance-def   

 

Carte Blanche 

 

 

d’ Anefrance

 

“Hé bien dansons maintenant !”

 

Soirée du 12 février 2014 au Bab’ilo...

 

La majorité des photos sont de Vincent Marie

 

 

 

Vincent MARIE - DSC05476A

  

19h...

 

Avant que ne soient évoqués les bals-guinguettes et les deux grandes guerres, notre scène ouverte virevolte de rimes et de proses. De nouveaux venus, disséminés dans l’assemblée, découvrent notre cave et goûtent ce préambule poétique avec délectation. Partout autour de moi, des visages inconnus, souriants et attentifs, sont dans l’attente de voir paraître Anefrance

 

 

 

Vincent MARIE - DSC05548A

 

 

21h...

 

La tocante nous fait signe de laisser place à la reine de la soirée. La salle est chauffée à blanc et trépigne d’impatience.

  

 

Mais voilà qu’une vague de spectateurs déboule sans crier gare. Syfal, notre hôte, remue ciel et terre pour trouver une chaise, un banc, et pourvoir au besoin des arrivants. La cave est comble, brûlante; il y a des jeunes et des anciens, des parents et des enfants, des noirs et des blancs, tous amoureux de l’artiste et leur émotion est palpable. Plusieurs d’entre nous resteront debout… Mais l’essentiel n’est-il pas d’être ici, à côtoyer et partager l’univers d’ Anefrance ? 

 

Avant même de nous raconter la grande et la petite Histoire, sa Carte Blanche est déjà une réussite.

 

 

Vincent MARIE - DSC05593A

 

 

 

Pierre Brudasz, déjà en place, son piano à bretelles sur les genoux, tricote alors une rengaine qui installe l’ambiance musicale.   

 

 

Vincent MARIE - DSC05531A

 

 

Avec l’accent rocailleux d’un titi parisien, Anefrance embrase les esprits déjà conquis. Sans chichi, elle s’enflamme pour la dernière nuit du 19ème siècle, puis nous narre la guerre perdue où elle naquit sur la route. Son regard attrape les souvenirs…  et ses souvenirs s’impriment en nous.

 

 

Vincent MARIE - DSC05438A

  

 

 

 

Elle est tout à la fois la putain de Pigalle qui, dans le public, croit reconnaître ses consœurs et un mac, en la personne d’Alain qui porte la casquette du marlou. 

  

 Vincent MARIE - DSC05487A

 

 

Louangeant Piaf et Brassens, elle se porte témoin de rencontres entre grands artistes dans les petites salles parisiennes.

 

 

Vincent MARIE - DSC05453A

 

 

Elle joue la Madame Loyale des chansonniers, en invitant au passage Didier et Zita à interprèter Francis Lemarque, Gisèle à chanter Lily Marlène et Catie à entonner « Le chant des Partisans », puis s’attendrit quand sa petite fille s’ébaudit  « Sous le ciel de Paris ».

 

 

Vincent MARIE - DSC05424A

 

 

 

 

Le son de l’accordéon enveloppe de nacre tout ce concentré d’émotions. Pierre, les yeux pleins d’étoiles, se laisse emporter par les rires joyeux. Sur son instrument à punaises il enchaîne les thèmes musicaux de la grande époque et nous laisse deviner le titre des chansons. L’assemblée tout entière reprend les paroles avec entrain. Anefrance, avec humour, nous rappelle alors qu’elle n’est pas chanteuse. 

 

 

Vincent MARIE - DSC05527A

 

La soirée vibre dans un même élan, un même cœur. Anefrance offre à l’unisson tout ce qu’elle tient à partager. Elle donne par le moindre détail et le moindre éclat sa verve généreuse à ceux et celles qu’elle aime… Et elle nous aime tous !

 

Comme elle l’avait désiré, la fête se termine par la danse. Sous le rythme endiablé de l’accordéon, les couples se forment et s’élancent… Un bal est né.

 

 

      DSCF1152.JPG

 

Photo de Christian Lafont

 

J’ai quitté le Bab’ilo sourire aux lèvres, sourire qui ne m’a pas abandonné plusieurs jours durant… Sourire-mémoire de cette soirée magnifique d’Anefrance et de Pierre Brudasz

 

 

 

Propos de Benoit Gimenez 

 

bealdima